Le Japon déjà porté sur les stations de recharge à hydrogène

25/02/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Au Japon, la mobilité se tourne déjà vers l'hydrogène. Premier pas vers cette technologie, trois constructeurs automobiles japonais majeurs se sont associés à des groupes pétroliers et compagnies de gaz et ont annoncé en janvier 2011 la mise en place d'ici à 2015 d'une centaine de stations d'hydrogène pour les futurs véhicules à pile à combustible.

Ainsi, Toyota, Nissan et Honda prévoit déjà dans leur plan de commercialisation de véhicules, des voitures à hydrogène dès 2015. Toyota avait fait une annonce en ce sens au mois de décembre (voir Toyota veut rester leader des véhicules propres).

Quant aux groupes d'énergie concernés comme JX, Tokyo Gas, Cosmo Oil, Showa Shell Sekiyu, ils avaient fondé en 2009 un comité de recherche conjoint, en vue de faire de la fourniture d'hydrogène une nouvelle activité et de préparer l'infrastructure nécessaire au ravitaillement des véhicules.

Le déploiement se ferait dans un premier temps dans des grandes villes comme Tokyo, Aichi, Osaka et Fukuoka. Elles prépareront le terrain pour le lancement de la production en masse de véhicules à hydrogène.

Pour autant, le coût de telles stations est encore exhorbitant. Malgré tout, une telle initiative montre que si l'on dit souvent que l'argent est le nerf de la guerre, finalement, c'est la capacité et la volonté des acteurs à travailler ensemble qui peut assurer la réussite de projets ambitieux.

A lire également

2017 : Le GNV, Gaz Naturel pour Véhicules, passe la première !

Le 19/01/2018

2017 a vu de belles annonces. Nombres de signaux démontrent un engouement des entreprises et transporteurs pour la solution GNV, Gaz Naturel pour Véhicules. La structuration de cette filière progresse en France. Petite rétrospective.

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.