Les stratégies de Renault et PSA confortées par leurs bons résultats 2010

18/02/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après des résultats 2009 négatifs, PSA et Renault renouent en 2010 avec des résultats positifs. Ceux-ci sont en net redressement et assez similaires dans leurs tendances d'évolution :

 

PSA

Renault

CA

56 milliards d’€,

en progression de 15,8 %

38,9 milliards d’€,

en progression de 15,6%

Marge opérationnelle

1 796 millions d’€,

soit 3,2 % du CA

1 099 million d’€,

soit 2,8% du CA

 

Pour les 2 constructeurs, ces résultats sont au-delà des prévisions initiales et permettent d’anticiper le remboursement complet de leur dette de 3 milliards contractée auprès de l’Etat. Pour expliquer ces résultats on peut mentionner quelques effets communs aux 2 constructeurs :

  • Bénéfice des dispositifs de primes à la casse en Europe et notamment en France où l'arrêt progressif a eu un effet favorable,
  • Essor des marchés dans les pays émergents qui a profité aux 2 constructeurs compte-tenu de leur positionnement sur ces marchés. Ceux-ci prévoient d’ailleurs que leur activité hors Europe devrait  atteindre 50% du total de leur activité à brève échéance,
  • Effet des plan de réduction des coûts. PSA en particulier détaille les bénéfices du "Plan Performance" qui contribue selon le groupe pour 78 % de l'amélioration de la marge : amélioration du taux d'utilisation des capacités de production en Europe, amélioration du taux de reconduction des composants (38% contre 30 % en 2009) et hausse de 10 points des achats auprès des fournisseurs stratégiques qui atteint 35% en 2010.

 

Néanmoins, ces chiffres 2010 et les déclarations qui y sont associées traduisent également les choix stratégiques différents des 2 constructeurs, en particulier sur le positionnement des gammes :

  • PSA a plus augmenté son chiffre d’affaires que le volume produit de véhicules, traduisant les effets de la montée en gamme recherchée et le succès de modèles comme DS3, 3008, 5008. Les lancements prochains de 508 et DS4 sont sur une même ligne de développement produit. La profitabilité de PSA en bénéficie et le groupe renforce l'image de ses marques en les tirant vers le haut. De son coté, Renault a confirmé à l'annonce de ses résultats que la gamme "Entry" (porté par Dacia) était la locomotive de la profitabilité de groupe. Celui-ci vient d’ailleurs d’annoncer l’extension de la gamme Dacia.
  • Sur l'électrique, les positions sont assez similaires : PSA confirme un positionnement plutôt haut de gamme, notamment porté par l’hybride diesel dont la première version avec le 3008 sera lancée en 2011. PSA a de ce point de vue un positionnement proche de BMW, avec qui une co-entreprise vient d’être créée pour mettre en commun des composants pour les véhicules hybrides. De son coté, Renault se positionne avec une gamme tout électrique en recherchant une taille critique pour rapidement proposer des véhicules à des prix abordables. Pour Carlos Ghosn, le véhicule électrique devrait être un des piliers de la rentabilité de Renault dès 2013.

Ce qui apparait comme deux stratégies différentes s'avère être des choix payants pour le moment.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.