Heuliez et sa Mia dans la course aux appels d’offres

17/02/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

On pensait Heuliez sur le banc de touche suite aux nombreuses péripéties liées à sa reprise. Pourtant, l’entreprise se retrouve avec son modèle Mia en pole position dans le cadre des appels d’offre de services d'autopartage de villes telles que Nice, La Rochelle ou encore Angoulême. Le carnet de l’entreprise se remplit donc alors qu’il y a quelques mois, si l’avenir du bureau d’études n’inquiétait pas trop, celui de l’usine semblait plus qu'incertain.

Il faut d’ailleurs préciser que la reprise par un consortium franco-allemand a eu pour conséquence de scinder l’entreprise en deux entités juridiques avec d’un côté, l’activité de prototypage et de sous-traitance et, de l’autre, la société Mia Electric chargée de la production de la Friendly, devenue entre temps Mia. Cela a donc pour conséquence directe une voiture électrique qui ne porte plus la marque Heuliez. Par ailleurs, la Région Poitou-Charentes a pris 30% du capital de Mia, ce qui donne une toute autre dimension à la nécessité de réussite du projet électrique de l’entreprise.

L’atout principal de cette voiture est que contrairement aux concurrentes de ce segment positionnées sur les appels d’offre publics, elle fait partie du segment M1, comme une Twingo ou une Swift alors que d’autres sont dans la catégorie des quadricycles lourds, ce qui lui permet de bénéficier de la prime d’Etat de 5000€. La FAM F City, qui est dans l’autre catégorie, ne bénéficie quant à elle que de 2000€ d’aides publiques. De plus, son prix de vente est l'un des plus compétitifs du marché.

Comparaison de quelques modèles électriques d'ores et déjà disponibles:

Modèles

 

Mia Electric

Fam F-City

Citroën C Zéro

Mitsubshi I Miev

Segment

M1

Quadricycle Lourd

M1

M1

Type de batteries

Lithium-phosphate de fer

Plomb

Lithium Ion

Lithium Ion

Autonomie moyenne

≈90 km

≈50km

≈150 km

≈150 km

Prix TTC (hors prime d’Etat)

19 500€

20 000€

35 350€

34 790€

Prime Etat

5000€

2000€

5000€

5000€

Option

4.500 € par pack de batteries supplémentaires

+ 9000 € pour des batteries Nickel Métal Hydrure (70 km d’autonomie)

Ou

+ 13 000€ pour une version plus performante (pas de détails disponibles)

 

 


La Mia a donc de nombreux atouts pour convaincre, non pas les particuliers qui ne sont qu’une cible secondaire, visée à partir de 2012, mais les collectivités. Car en effet, le coût d’achat de la Mia est bien plus avantageux que ses concurrentes. Quant à ceux qui pensent que l’esthétique inhabituelle du véhicule pourrait jouer en sa défaveur, il faut considérer que le marché prioritaire de l’entreprise, celui de l’autopartage, est un marché où les utilisateurs ont déjà franchi de cap de l’usage et non de la possession. Sur ce marché, le véhicule comme valorisation de soi laissera une place plus importante à des critères plus fonctionnels de praticité et de robustesse, dans l'idée d'un moyen de transport en commun. D'ailleurs, nul doute que le succès du Vélib ne tient pas à l'esthétisme du vélo utilisé.

Discrètement, Heuliez avec sa Mia électrique se positionne comme un nouvel acteur de la construction automobile sur le marché en devenir de l'autopartage et du VE. L'entreprise espère d'ailleurs en fabriquer 12 000 par an.



La Mia électrique présentée au Salon de Genève 2010


Turbo.fr


A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.