Des centres villes limités à 30 km/h ? Strabourg s'y prépare pour 2012

15/02/2011 (modifié le 15 févr. 2011)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le développement des transports en commun, des modes doux et des nouveaux services de mobilité en milieu urbain passent inexorablement par plus de réglementations pour l’automobile (celle-ci s’étant octroyée tout l’espace de la voirie). Ces restrictions renforcent en effet l’attractivité et la compétitivité des autres modes de transport. C’est ainsi que les services de type Velib' ou d’auto-partage se développent le plus dans les villes disposant d’une offre de transport en commun performante et de restrictions fortes à l’automobile. Pour les collectivités, la limitation de vitesse en ville est un levier pour soutenir le développement des nouvelles mobilités, tout en améliorant les conditions de vie et de sécurité.

Sur cette question de la place de l’automobile dans la ville, Strasbourg fait, depuis plusieurs années, figure de pionnier. La ville est en effet devenue en 2009 la première en France, où moins d’un habitant sur 2 utilise sa voiture pour se déplacer. Résultat d’une politique de développement des transports en commun (1er réseau de tramway de France avec 6 lignes) et de la mise en place d’un réseau très dense de pistes cyclables (536 km de pistes dédiées), Strasbourg s’apprête à généraliser l’abaissement de la vitesse à 30 km/h en centre ville. Dans le projet, les axes les plus importants resteront à 50 km/h, mais il est prévu que les ¾ des voies passent à une limitation de vitesse à 30 km/h.

La municipalité a prévu d’organiser une consultation directe des 140 000 habitants de Strasbourg par courrier afin de faire de ce projet, un projet « Citoyen » visant à « transformer toute une ville en attribuant plus d’espaces publics aux cyclistes et aux piétons ». La mise en œuvre du projet n’interviendrait pas avant l’été 2012 ; il préfigure l’évolution des centres urbains vers plus de cohabitation entre les différents modes de mobilité. Dès lors se pose aussi la question de l’adéquation de l’offre automobile pour des usages purement urbains et limités en vitesse à 30 km/h. 

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.