L’économie de l’usage : un modèle économique viable ?

Le 16 février 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles, l’idée de ne plus vendre d’objets mais de vendre la fonction qu’ils remplissent ouvre la voie à un autre type de développement économique découplant croissance et consommation de ressources (matières premières, énergie).

 Un tel modèle baptisé économie de la fonctionnalité implique de remplacer la vente d’un ou de plusieurs biens et services par leur usage dans un contexte de prestation intégrée.

Pour donner un exemple, il s’agit de passer de vente de voitures, de services d’assurances, ou services de financement et de maintenance pris séparément à la vente d’une solution de mobilité durable, adaptée à un usage tant bien professionnel que privé. Une telle approche modifie de façon radicale la relation entre les entreprises et leurs clients.

 

Décryptage de quelques expériences

Depuis les années 2000, MICHELIN propose à ses gros clients une solution originale. Au lieu d’acheter des pneumatiques, le client s’acquitte d’une redevance au kilomètre parcouru. Il loue l’usage des pneumatiques (regonflage, entretien des sculptures, rechapage …etc). Cette offre cible les transporteurs routiers possédant plusieurs dizaines de véhicules qui font de l’ordre de 100 000 km par an. En devenant responsable des pneumatiques chez ses clients, MICHELIN a non seulement diminué son coût de production mais il a augmenté son chiffre d’affaires.

Dans un autre domaine, SAFECHEM est passée de la vente de solvants à la vente d’une solution de dégraissage. En récupérant des volumes importants de solvants usagés chez ses clients, l’entreprise a atteint un taux de recyclage de 90% et le volume de solvants réellement neuf utilisé par chaque client est divisé par 10. En quelques années, l’entreprise est passée en Allemagne de 6% à 50% du marché du dégraissage.

Avantage économique pour les entreprises

 Le passage d’un produit à un service est présenté comme un moyen pour accélérer le changement vers des pratiques et des économies plus durables. Les entreprises peuvent y gagner en compétitivité, en innovation et en positionnement stratégique. L’économie de la fonctionnalité reconfigure l’aire de jeu concurrentielle en substituant la compétitivité par les fonctions à la compétitivité par les prix. Ce qui signifie que le prix du produit et des matières premières n’est plus aussi déterminant qu’auparavant.

Conditions d’accès pour les entreprises

L’économie de la fonctionnalité implique la maîtrise de trois fonctions :

- L’éco-conception pour accroître la durabilité des produits et leur résistance à un usage intensif

L’innovation marketing centrée sur de nouvelles fonctions, de nouveaux avantages réels (pas de faux nouveaux produits) liés à l’usage des biens

- La R&D renforcée pour rechercher en permanence les moyens de réduire les consommations de ressources et de matériaux

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

Vente en ligne : poids économique et stratégies des acteurs

Le 10/06/2015

L'Insee a mené une enquête auprès des entreprises de plus de 10 personnes proposant la vente de produits ou de services via Internet. Les résultats montrent à la fois l'importance croissante de cette activité en France et les principales tendances de l'offre proposée par les acteurs de la vente en ligne.