TIC et Smartphone au service du véhicule électrique

02/02/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Localiser une borne de recharge, connaître sa disponibilité, communiquer avec son véhicule électrique ou son distributeur d’énergie, connaître la disponibilité de places de parking ou payer avec son mobile, autant d’applications nouvelles à développer qui permettront de faciliter l’utilisation du véhicule électrique et d'accélérer sa diffusion. Preuve par quelques exemples :


 
Les nouveaux besoins du véhicules électriques

L'introduction sur le marché automobile du véhicule électrique amène de nouveaux besoins "périphériques" à l'automobile, en elle-même, et est nécessaire à son développement. Outre le besoin de développer des infrastructures de recharge, la technologie électrique induit 2 contraintes principales par rapport au classique véhicule thermique : une autonomie plus faible et un temps de réalisation du "plein" plus long.

Adapté à des parcours courts (qui représentent l'essentiel de nos déplacements), le véhicule électrique doit plus s'insérer comme une maillon dans une chaîne globale de mobilité. Les TIC permettront dès lors d'optimiser les parcours et de faciliter la multimodalité.

Dans le domaine de la recharge des batteries, les TIC ont à apporter des solutions intelligentes combinant un ensemble de contraintes liées aux capacités du réseau électrique, aux systèmes de tarifications, aux besoins de mobilité, au véhicule lui-même...


Ancre retour

 
Communiquer à distance avec son véhicule

Pour les utilisateurs de la Chevrolet Volt électrique, General Motors a prévu une application pour Smartphone, développée par une de ses filiales : Onstar. Celle-ci permet au conducteur de la voiture de disposer d’informations et de paramétrer à distance différentes tâches : connaître la capacité restante de la batterie, paramétrer l’heure et le temps de charge, programmer le pré-conditionnement du véhicule avant le départ… Ce service proposé par les constructeurs devrait rapidement se généraliser à l'ensemble des véhicules électriques.


Ancre retour

 
Communiquer avec le système de recharge

La Compagnie Nationale du Rhône (CNR), filiale du groupe GDF Suez producteur d’énergie renouvelable, a conçu un dispositif de recharge intelligent pour les véhicules électriques. Un boitier embarqué dans le véhicule permet un dialogue avec le système centralisé de la CNR permettant de piloter la recharge du véhicule en fonction de plusieurs paramètres, dont le niveau de production d’énergie renouvelable de CNR (par nature intermittente), la situation du réseau électrique, le temps de stationnement du véhicule, l’autonomie nécessaire pour le futur déplacement. L’utilisateur peut intervenir à distance sur le système depuis son téléphone portable.

Ce service est rendu possible par un opérateur tel que la CNR, producteur et vendeur d’énergie. Ce boîtier permet au consommateur de bénéficier de tarifs préférentiels et à la CNR d’écouler plus facilement sa production en tenant compte de son intermittence.


Ancre retour

 
Payer avec son téléphone portable

Les technologies sans contact NFC (Near Field Communication) arrivent dans les cartes SIM de nos téléphones portables et permettent des liaisons avec d’autres objets comme des lecteurs de billets électroniques ou des systèmes de paiement. Couplées avec des applications pour mobiles, ces technologies feront bénéficier l’utilisateur d’informations pratiques facilitant sa mobilité : horaires de transport, perturbations, itinéraires, informations touristiques... La ville de Nice expérimente la technologie NFC pour tout un ensemble de services et a intégré celui-ci dans son appel d’offres Autolib' : le téléphone portable NFC permettra d'accéder aux véhicules électriques en autopartage. Orange travaille sur sa nouvelle génération de carte SIM intégrant le NFC qui devrait être lancée au deuxième semestre 2011; le groupe prévoit d’équiper au minimum 500 000 clients d’ici fin 2011. De quoi rapidement développer des applications de paiement en particulier dans le transport facilitant le passage d'un mode de mobilité à un autre.


Ancre retour

 
Optimiser les temps de parcours

Les capteurs SmartGrains, technologie issue d’une start-up francilienne, permettent de connaître l’occupation des places de parking et de guider l’automobiliste vers les places disponibles. Ces capteurs sans fils sont installés dans le sol de la voirie; ils fonctionnent en réseau Wifi et permettent de donner l'image du taux d’occupation des places. Une première expérience d’utilisation est en cours sur le parking d’un grand centre commercial de Paris et sur la voirie d’Issy le Moulineaux. Via son Smartphone, le conducteur bénéficiant du service peut ainsi être guidé, lui évitant de tourner en rond (jusque 30% du trafic urbain); cela permet de réduire les émissions de CO2 pour les véhicules thermiques, ou d’économiser de la charge batterie pour les véhicules électriques. La société Lyberta expérimente à Toulouse un système similaire.

Source : CleanTech REPUBLIC


Ancre retour

 
Des modèles économiques à mettre au point

Les besoins en lien avec le développement d'une mobilité décarbonée sont bien là et les applications devraient se développer en même temps que se développe le marché du véhicule électrique.

Au cas par cas, les modèles économiques restent à néanmoins à valider autant que les opérateurs qui les porteront :

Pour certains, il seront portés par les constructeurs eux même. Renault se rapproche en ce moment d'opérateurs comme Orange, Google ou apple pour l'aider à proposer des applications automobile, mais également avec Alstom pour la question de la recharge intelligente.

La CNR est producteur d'énergie et trouve donc son modèle économique dans la vente d'energie renouvelable et un modèle gagnant/gagnant. Smart Grain jouerait le rôle "d'opérateur de guidage" fournissant un service payant à des abonnés dans un modèle économique plus incertain.


Ancre retour

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.