Consom'acteur : attitudes et comportements de consommation des Français au regard de l'environnement

Le 03 février 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le CREDOC publie la synthèse de l’enquête sur les attitudes et comportements des Français en matière d’environnement - Edition 2010

Les évolutions de comportement des Français doivent être prises en compte dans la conception de vos offres. Face à un consommateur plus alerté et méfiant, information et clarté sont des éléments incontournables pour progresser sur les marchés.

Ce rapport s'articule autour de cinq thèmes principaux : la compréhension et les représentations du développement durable, la consommation durable, la gestion domestique des déchets, les attentes en termes d'information et d'affichage environnemental, les attitudes des Français face à la qualité de l'air.

Il s'agit de questions posées aux Français à la demande de l'Ademe en juin 2010, qui ont été insérées dans l'enquête du CREDOC sur les "conditions de vie et les aspirations des Français". Elles s'inscrivent dans la continuité d'une enquête barométrique initiée par l'Ademe en 1995.

Voici quelques uns des éléments de réflexion, et quelques chiffres qui sont délivrés par cette étude du CREDOC, sur les 5 thèmes évoqués et les visions prospectives qui en ressortent.

 

1°- Sur la perception  du concept de développement durable :

Le concept est bien présent dans les esprits (46% ont une idée précise de cette expression contre 33% il y a 6 ans) et même s’il est toujours principalement associé à l’idée d’environnement, les champs économiques, politiques, et sociaux intègrent cette dimension, avec par exemple la notion d’emploi durable.

2°- Sur la consommation durable :

Cette question est intimement liée à la notion de gaspillage et les consommateurs veulent des produits respectueux de l’environnement, des produits locaux. Ils expriment le besoin de réassurance sur le coût, le souhait de disposer d’une offre plus large et de pouvoir mieux se repérer, ainsi que l'indique le point suivant sur la labellisation.

  • 46% pensent qu'il s'agit avant tout d'éviter le gaspillage
  • 44% parlent de consommer des produits plus respectueux de l'environnement
  • 38% évoquent la consommation de produits locaux
  • 55% souhaitent être rassurés sur le coût de la consommation durable
  • 54% souhaitent accéder à un choix plus large de "produits verts"
  • 46% souhaitent se repérer plus facilement sur les produits
  • 39% souhaiteraient être mieux informés lors de l'achat desdits produits et leur utilisation

3°- Sur le tri des déchets :

Le tri progresse toujours même si les citoyens sont toujours perplexes par rapport au tri de certains déchets et renâclent à aller dans les déchetteries.

  • 33% trouvent trop compliqué de se rendre dans les déchetteries

Fait à souligner ils se disent majoritairement (58%) prêts à payer une taxe proportionnelle à la quantité des déchets rejetés par foyer en lieu et place de la taxe forfaitaire pour le ramassage des déchets, alors même que l’idée de taxe fiscale supplémentaire dans tous contextes est complètement rejetée.

Autre point significatif d’un changement en profondeur, le tri semble agir comme une porte d’entrée dans les pratiques écologiques en modifiant petit à petit les comportements en amont de la production de déchets.

  • 53%, soit+ 19 points en un an, indiquent être attentifs à la quantité de déchets que va générer le produit.

4°-Sur la remise en cause de l’information sur les produits respectueux de l’environnement :

Deux labels ont progressé le logo NF Environnement, et l’écolabel européen, mais le soupçon de greenwashing concourt à décrédibiliser l’information sur les produits « verts ».

  • 31% (-13 points en un an) pensent que l'information sur les produits respectueux de l'environnement est scientifiquement fondée.
  • 25% (-9 points) la jugent claire
  • 24% estiment qu'elle est suffisante (+3 points)

Les consommateurs sont de plus en plus hésitants sur l’idée d’un étiquetage supplémentaire. Ils souhaiteraient disposer d'une labellisation claire et bien encadrée.

  • 52% jugent l'affichage environnemental utile (contre 59% l'année dernière) mais 46% pensent qu'il s'agira d'une étiquette de plus qu'ils ne regarderont pas.

5°-Sur la sensibilité à la pollution de l’air :

Une enquête du CREDOC montre une baisse importante des troubles ressentis en 2010. L’amélioration de la qualité de l’air explique peut-être ces résultats, mais il semble que la préoccupation sur la pollution de l’air à laissé la place à d’autres préoccupations (enquête "Conditions de vie et aspirations") : la préservation de la biodiversité, et les inquiétudes quant à la pollution des eaux.

Pour connaître tous les détails de cette étude

Etude du CREDOC sur les attitudes et comportements des Français en matière d'environnement - édition 2010

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

Vente en ligne : poids économique et stratégies des acteurs

Le 10/06/2015

L'Insee a mené une enquête auprès des entreprises de plus de 10 personnes proposant la vente de produits ou de services via Internet. Les résultats montrent à la fois l'importance croissante de cette activité en France et les principales tendances de l'offre proposée par les acteurs de la vente en ligne.