Un logo et une marque pour l’huile de palme durable.

Le 25 janvier 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
En 2011 un nouveau logo pourra être appliqué sur les packagings pour informer le consommateur sur l’utilisation d’une huile de palme durable.

Lors d’une réunion qui s’est tenue à Djakarta en Indonésie, le RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil) a lancé une marque et un logo qui permettra au consommateur de distinguer les produits contenant de l’huile de Palme respectant des règles de production durable.

Dans la classification des huiles de palme certifiées « durables », RSPO a défini 3 niveaux d’exigence :

  1. Segregated : l’huile de palme durable est tracée et séparée des huiles issues d’autres filières. Ceci de la mise en culture jusqu’à l’utilisateur final.
  2. Mass balance : l’huile de palme utilisée est majoritairement durable mais sans séparation stricte le long de la chaîne d’approvisionnement.
  3. Book and claim : l’utilisateur achète des certificats (UTZ Certified et Green Palm) qui équivalent à la quantité d’huile de palme non durable utilisée et qui aident financièrement les producteurs d’huile de palme durable. Ce niveau représente actuellement 68 % des ventes d’huiles certifiée.

Pour bénéficier du logo, l’huile utilisée devra respecter le 1er ou le 2ème de ces niveaux.

Dès 2011, ce nouveau logo pourra être appliqué sur les packagings.

                                       RSPO

Décryptage :

Le feuilleton sur l’huile de palme commencé en 2010 se poursuit en 2011.

  • Après le buzz sur la disparition des  orangs-outans qui a entrainé la suppression totale de l’huile de palme chez certains distributeurs et industriels (cf : IAA. Huile de palme : le buzz impacte les industriels.   Mai 2010).
  • Puis la découverte que les huiles de substitution n’étaient pas aussi écologiques ni nutritionnellement correctes que cela (cf : Doit-on vraiment supprimer l’huile de palme ?   Août 2010),
  • Voici le retour de l’huile de palme certifiée promue par RSPO et mise en avant par une communication vers le consommateur final.

La Table ronde sur la production durable d’huile de palme (RSPO) a vu le jour pour la première fois en 2004. Initiée pour lutter contre la déforestation et l’extinction de nombreuses espèces animales, elle cherche à promouvoir des modes de production durable de l’huile de palme, de la culture des palmiers jusqu’au consommateur. C’est en 2008 que les premières plantations durables on vu le jour en Malaisie et que de l’huile certifiée RSPO est devenue disponible sur le marché européen.

RSPO ne fait pas toujours l’unanimité et Greenpeace l’a souvent critiqué sur ses normes, en particulier parce qu'il n’a pas encore pris en compte les émissions de gaz à effets dans la production d'huile de palme.

Cependant, en 2010, le nombre de membres de la RSPO a dépassé les 500 entreprises et organisations, tandis que 81 huileries et 113 établissements de la chaîne d’approvisionnement de produits à base d’huile de palme sont maintenant certifiés.

Avec l’apposition de ce logo, les consommateurs pourront aussi agir et faire augmenter la demande.

Les ventes de produits à base d’huile de palme certifiée ont  progressé fortement mais l’adéquation entre l’offre et la demande demeure un enjeu majeur. Aujourd’hui 7,5% de l’huile de palme est produite durablement. De nombreuses entreprises se sont engagées à n’utiliser que de l’huile durable d’ici à 2015. C’est le cas de Nestlé et Unilever. Si le consommateur « s’y met », il faudra donc que la production suive et se développe rapidement.

Sources

« Vaste mobilisation pour l’huile de palme RSPO. » Process, janvier 2011.
www.actualites-news-environnement.com
www.suividesfilieres.solidairesdumonde.org
www.wwf.ch
www.unilever.fr
www.rspo.org

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...