Labellisation des technologies pour les seniors : quels sont les enjeux ?

26/01/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La mise en place de labels relatifs aux technologies est un réel enjeu pour divers acteurs du marché des seniors, et plus particulièrement pour le marché de l'autonomie.

Un label, pour qui ?
  • Les utilisateurs, à savoir les seniors en perte d'autonomie ou en situation de dépendance et leurs aidants. Les situations de vie sont souvent complexes (acceptation de sa propre perte d'autonomie ou prise en charge d'un proche en difficultés au quotidien), il est donc nécessaire d'apporter des repères de marché à ces utilisateurs souvent perturbés par la situation en elle-même. Un label apporterait donc un gage d'utilité au regard d'un besoin identifié mais aussi un gage de qualité de service, de fiabilité de fonctionnement et de réel utilisabilité par la personne. Un label pourrait aussi apporter le respect d'une charte éthique et la garantie d'un accompagnement de qualité depuis la souscription d'un service jusque dans son usage,

  • Les prescripteurs (professionnels de l'autonomie et de la santé). Un label leur permettrait d'y voir plus clair dans les solutions technologiques existantes et de fournir une préconisation de qualité,

  • Les industriels entrant dans une logique de labellisation, afin de leur faciliter l'accès au marché via une meilleure reconnaissance de leurs produits et services, une prescription facilitée voire aussi l'accès à des financements.

CNR-SDAA ce jour, il n'existe quasiment aucun dispositif neutre garantissant l'utilité, la pertinence, la fiabilité ou l'usage-même des technologies. La mise en place récente du Centre National de Référence Santé à Domicile et Autonomie (CNR-SDA) devrait permettre de développer l'évaluation et la labellisation des dispositifs d'ici à 2015. L'action du CNR-SDA auprès de la mission Vivre-chez-soi lancé en 2010 par Nora BERRA ré-affirme ces enjeux autour de la labellisation des dispositifs, dans la mesure n°1, mais aussi dans la mesure n°16 avec la nécessité de labelliser des solutions permettant l'optimisation des services à la personne.

Logo ASIPAGLe 11 Janvier 2011, l'ASIPAG, Association Solutions Innovantes pour l'Autonomie et Gérontechnologies a annoncé le lancement d'un grand chantier pour définir un "Label relatif aux Usages des Technologies pour l'Autonomie".

L'Association ASIPAG a été créée en Mai 2010 à l’initiative d’un groupe d’industriels et de professionnels du secteur des Gérontechnologies, elle a pour objectif de fédérer la dynamique industrielle et de représenter les concepteurs et fabricants de technologies pour l’autonomie sur le territoire français. L'ASIPAG compte parmi ses membres les sociétés Bazile Telecom, Birdy Technologiy, Doro, EBL/ETIBOX, Intervox Systèmes, Link Care Services/EDAO, Mem-X, Solem Electronique et Vivago. Ces membres représentent à eux-seuls près de 600 000 produits commercialisés en 2009 dans le secteur des gérontechnologies, soit un Chiffre d'Affaires de 31 millions d'Euros (dont 5 Millions à l'export).

Confronté au quotidien à ce besoin réel de reconnaissance sur un marché complexe à adresser, l'ASIPAG décide donc de prendre les choses en main et de mettre en place son propre label pour apporter un premier repère sur le marché. Le Label doit voir le jour au printemps 2011, il sera délivré par l'ASIPAG aux industriels qui en feront la demande après vérification de critères prédéfinis comme l'éthique, les contrats et démarches commerciales, l'ergonomie et le design, la qualité des produits et des services, un engagement de maintenance,etc.

Plusieurs démarches en matière de labellisation des technologies sont en cours, mais quelles sont les réglementations réellement existantes aujourd'hui en matière de certification "produits" ? la réponse à cette question fera l'objet d'un futur article où sera notamment évoquée la norme d'alarme sociale (EN-50134) qui régit l'ensemble des équipements de téléalarme commercialisés sur le marché. Les labels existants en matière de qualité de service seront également étudiés, labels où les technologies sont encore souvent peu présentes.

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.