Nouvelles mobilités : L’ADEME publie un Appel à Manifestation d’Intérêt

26/01/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’Ademe a publié le 17 janvier 2011 un AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt, télécharger le document) dans le cadre du programme Véhicule du Futur (le programme est doté d’un milliard d’euros : un tiers en subvention et les 2 autres tiers en avance remboursable). Cet AMI concerne l’expérimentation de nouveaux services relatifs aux déplacements quotidiens des personnes, mais également à l’acheminement final des marchandises.

L’Ademe considère que les futures améliorations des véhicules et des modes de propulsion (énergies) ne suffiront pas à atteindre les objectifs de lutte contre le changement climatique. Il sera donc nécessaire de développer de nouveaux modes de mobilités et de nouveaux usages de l'automobile : covoiturage, autopartage, intermodalité avec les transports en commun... permettant de diminuer le nombre de véhicules en circulation sur des zones urbaines ou périurbaine. Ces nouveaux services pourront s’appuyer sur le potentiel qu’offrent les nouvelles technologies de l’information et le géo-positionnement.

Cet AMI se clôt le 20 mai 2011 à 15h, les dossiers seront instruits en même temps que ceux des programmes « Ville de demain » et « Economie numérique ».

Les démonstrateurs ou expérimentations éligibles devront s’appuyer sur des services innovants en matière de mobilité. Sont attendus :

  • Les nouveaux services alternatifs à la voiture particulière ou au transport routier de marchandises dits "en partage" (vélo, covoiturage, autopartage, transport à la demande…).
  • Les services d’aide à la mobilité s’appuyant sur les nouvelles technologies de l’information facilitant le passage d'un mode à un autre (interconnexion, logistique, paiement, état du trafic, aide au choix du moyen de transport…).
  • Les adaptations de véhicules existants, facilitant le passage d’un mode à l’autre.
  • Les nouveaux dispositifs de tarification ou de financement.
  • Les expérimentations de nouveaux partenariats public/privé (nouvelle forme de gouvernance).


A noter qu’un des critères de sélection portera sur les mesures permettant d’homogénéiser les réglementations et les instruments de régulation au niveau Européen; la diffusion des pratiques expérimentées est également une volonté du ministère. L'annexe 1 de cet AMI donne une feuille de route présentant les différentes visions des mobilités du futur.

On notera que ce document cite à plusieurs reprise, le projet "Véhicule Vert Bretagne », en particulier l’articulation prévue entre les plateformes collaboratives, mais également l’accent mis dans ce projet sur la nécessité de développer des services facilitant l’intermodalité ou la multimodalité.

C'est une occasion pour les acteurs bretons (territoire qui accueille à la fois des pôles de compétitivité dans les domaine des véhicules: « ID4CAR », et des nouvelles technologies de télécommunication: « Images et Réseaux ») de poursuivre le développement de la Région vers un pôle d’excellence en matière de nouvelles mobilités.

A lire également

Concours Crisalide Numérique : les mobilités bien représentées !

Le 13/10/2017

Le concours Crisalide Numérique a pour objectif d’identifier des entreprises bretonnes qui ont su se développer ou se différencier en intégrant des usages innovants du numérique dans leur organisation et sur leurs marchés; et de valoriser ces usages exemplaires auprès des entreprises bretonnes et des acteurs du territoire.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.