Les PME régionales adoptent la « box-attitude ».

Le 17 janvier 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Nombreux acteurs de l’agro-alimentaire se sont engouffrés sur le marché des plats en box, inspirés par les succès rencontrés en RHD. Comment les PME régionales peuvent-elles, à leur tour, surfer sur la déferlante de ces conditionnements nomades ?

L’engouement pour les produits destinés au snacking inspire la création de nouvelles gammes sur le segment très convoité des box. Si la grande majorité des fabricants a misé sur les pâtes, l'offre commence à se diversifier. Pour se démarquer, chacun a sa stratégie…

Les MDD demeurent dans le mimétisme. A défaut de se différencier par la recette (presque exclusivement des pâtes, avec LDC en fournisseur quasi-exclusif), elles jouent sur le prix en offrant des box à moins de 2,50 €.

Les leaders misent quant à eux sur des plats cuisinés best-sellers (chili con carne, boulettes de viande sauce tomate, Kitchen Box de Marie) ou ethniques (Wok in box de Sodeb’O). Autre créneau porteur, celui des allergies et intolérances : Sodeb’O développe une gamme de pâtes sans gluten.

Les PME régionales sont, elles aussi, dans la course. Elles exploitent leur typicité « terroir » pour développer des recettes plus traditionnelles. Saint Jean, Stoeffler ou Giraudet proposent ainsi des produits type quenelles, ravioles ou choucroutes ; chaque recette est élaborée dans un souci de consommation nomade (sélection des ingrédients, découpe en petits morceaux).

Décryptage : Ces repas en boîte en carton ont fait une véritable percée au rayon des plats cuisinés : le marché a progressé de 152% en valeur entre octobre 2009 et octobre 2010 selon Nielsen, pour atteindre 44 millions d'euros.

Avec aujourd’hui plus de 10 intervenants et 80 références, y-a-t’il encore de la place pour les plus petites entreprises sur ce segment ? Oui, à condition de se démarquer... C’est en surfant sur la quête de cuisine « vraie », de variété, de tradition et associant le plaisir, que des entreprises régionales parviennent à investir le segment.

Si le potentiel reste énorme (seuls 6% des Français ont déjà acheté une box, contre 55% pour les plats cuisinés frais), peut-on dire que le concept est déclinable à l'infini ?

Sources

"Les régionaux tentent de se faire une place sur les box", FairesavoirFaire, novembre-décembre 2010.
"Sodeb'O innove sur les box sans perdre son âme", Linéaires, janvier 2011.
"Box : la saga des MDD continue...", Linéaires, janvier 2011.

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.