L'IFP voit l'avenir des voitures en vert

19/01/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L'IFP (Institut Français du Pétrole) Nouvelles Energies a lancé, avec son laboratoire, l'Institut Carnot, le projet PIME (Plate-forme Innovante pour une Meilleure Efficacité énergétique). Ce projet va mobiliser pendant 3 ans de nombreux acteurs issus de l'Alliance Transport Terrestre des Instituts Carnot (instituts Carnot CEA-LETI, Energies du Futur, ESP, I@L et IFP-Moteurs) et vise principalement 3 axes de développement:

  • Le véhicule hybride rechargeable,
  • Les technologies de l'information et de la communication au service de l'efficacité énergétique,
  • Les véhicules Flex fuel alimentés par des mélanges éthanol-essence. A ce sujet, les travaux porteront notamment sur la maîtrise de la combustion du carburant, afin de pouvoir alimenter le moteur thermique avec le mix éthanol-essence. Une électronique de puissance sera étudiée.

L'IFP a déjà un véhicule démonstrateur hybride rechargeable. Ce véhicule servira de base pour les expérimentations. Par exemple, "deux types de capteurs seront proposés par le CEA-LETI : des imageurs pour la détection des autres véhicules et des accéléromètres utilisés en réseau, sans fil, dans le véhicule. L’institut Carnot IFP-Moteurs exploitera les informations fournies par ces capteurs pour optimiser la répartition de puissance entre moteur électrique et moteur thermique. L’institut Carnot Ingénierie@Lyon étudiera la localisation optimale des capteurs et la possibilité d'alimenter ces capteurs par l'énergie récupérée des vibrations. L'institut Carnot ESP sera en charge de la détection et de la localisation des défauts des capteurs et de la compatibilité électromagnétique du réseau de capteurs." Ainsi, de nombreux points critiques sur de tels véhicules comme la transmission, le groupe moteur, les batteries, le logiciel embarqué etc. seront passés au crible.

Par ailleurs, l'IFP Energies Nouvelles s'était déjà engagé en septembre 2010 dans un autre projet pour une mobilité plus "verte": le projet VME (Ville, mobilité, énergie). VME vise "à optimiser la consommation d'énergie des véhicules électriques urbains." Le projet, coordonné par Vu Log et composé de l'IFP Energies nouvelles, l’Institut Image (Le2i – UMR CNRS) d’Arts et Métiers ParisTech, les villes de Rueil-Malmaison et Nice, a reçu le soutien du fonds démonstrateurs de l'ADEME. Dans chacune de ces deux villes, une dizaine de véhicules électriques seront en libre-service.

L'occasion de tester le superviseur énergétique embarqué (SEE) qui prendra en compte "la globalité des objectifs du développement durable dans les transports urbains : énergie, pollution, économie du transport (temps de trajet, congestion, etc.)" mais aussi d'élaborer d'une "cartographie énergétique fournissant un indicateur précis de l’énergie consommée par les déplacements de proximité."

Preuve en est que l'on peut être l'Institut Français du Pétrole et imaginer des solutions de mobilité décarbonée !

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

See You Sun

Infrastructures de recharge : vers une nouvelle vague ?

Le 16/06/2017

Emergence d'une nouvelle offre globale d'infrastructures de recharge pour la mobilité électrique

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)