Evolution des pratiques de veille depuis 20 ans : une étude de serdaLAB

02/01/2011 (modifié le 11 janv. 2012)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

serdaLAB, laboratoire d'étude, veille et prospective du groupe serda-archimag a mené une enquête auprès d'une centaine de veilleurs, responsables veille ou intelligence économique ou bien encore documentalistes, pour identifier les grandes évolutions dans leur métier et dans leurs pratiques depuis ces vingt dernières années. Les résultats de l'enquête ont été rendus publics à l'occasion du forum IES 2010.

Les personnes interrogées avaient entre deux et dix ans d'expérience pour la plupart. Aussi l'enquête s'est elle centrée sur l'évolution des pratiques de veille depuis le début des années 2000.

Objectifs de la veille :

La prise de conscience de l'importance de la veille en entreprise s'est faite principalement depuis dix ans. Dans un environnement mondialisé et qui évolue toujours plus rapidement, la veille concurrentielle devient prioritaire. Les veilleurs sont nécessairement plus réactifs, ils doivent repérer ou anticiper les tendances de demain pour aider l'entreprise à rester compétitive et à innover. Ainsi la veille devient-elle de plus en plus un outil d'aide à la décision : le veilleur ne se contente plus d'apporter une matière première qui nourrit la réflexion, il lui est demandé d'apporter la réponse à une problématique.

Les freins à l'exercice du métier de veilleur :

La difficulté à maîtriser son temps pour se consacrer à l'analyse des informations est l'un des principaux freins évoqués par les veilleurs, ainsi que le manque de soutien ou d'objectifs clairement énoncés de la part de leur direction. On demande aux veilleurs un retour sur investissement rapide et quantifiable. Les réponses mentionnent également les contraintes budgétaires, le manque de reconnaissance du métier de veilleur et le partage d'information insuffisant entre collègues.

L'organisation de la veille :

A l'origine conduite par une seule personne, la veille devient avec l'expérience une pratique collective : la veille se répartit dans les différents services de l'organisation et le responsable veille ou intelligence économique, rattaché à la direction, anime un réseau de veilleurs et capitalise l'information collectée.

Les attentes des utilisateurs :

Les clients de la veille souhaitent recevoir une information personnalisée directement dans leur messagerie. Ils demandent une information synthétique, ciblée, avec une valeur ajoutée dans l'analyse.

De nouvelles compétences requises :

Le responsable veille doit faire preuve de solides capacités de synthèse et d'analyse. La maîtrise de langues étrangères est de plus en plus souvent demandée. De façon générale la polyvalence est requise mais une connaissance particulière du domaine surveillé est attendue de la part du veilleur. Enfin celui-ci doit faire preuve de curiosté, disponibilité, adaptabilité et bien-sûr maîtrise des technologies de l'information et de la communication (animation de communautés virtuelles, mise en forme des documents...).

Consulter les résultats

A lire également

Enquête 2015 sur les pratiques de veille et intelligence économique des entreprises bretonnes

Le 29/04/2015

Portée par CCI Innovation Bretagne et réalisée par l'ARIST Bretagne, en partenariat avec les CCI bretonnes, la Région Bretagne, BDI et la Direccte, cette enquête permet de recueillir et analyser les pratiques de veille et IE des entreprises de la région, de mesurer leurs réussites et difficultés, enfin d'enregistrer les principales évolutions.

La Région Bretagne ouvre les données sur ses marchés publics

Le 15/04/2015

Soutenue par la Région Bretagne, l'association Breizh SBA vient d'ouvrir le portail My Breizh Open Data - Marchés publics. Objectif : rendre la commande publique lisible et accessible à tous.

La CGPME et l'ANSSI publient un guide des bonnes pratiques de l'informatique

Le 15/04/2015

Douze règles pour sécuriser vos équipements numériques : c'est l'objet du guide publié conjointement par l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information et la Confédération générale des PME.