La stratégie de Toyota dans la crise

16/06/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Alors que Toyota enregistre pour la première fois de son histoire un déficit, l'entreprise réinstalle la famille fondatrice à la tête de l'entreprise qui maintient sa stratégie forte de développement des motorisations hybrides.


 
Toyota en déficit pour la première fois depuis 1938 !

Devenu premier producteur mondial d'automobiles en 2008, jusqu'à présent constructeur généraliste le plus profitable du monde et reconnu pour l'efficacité de son système de production, Toyota n'est pas épargné par la crise. Sur l'exercice 2008-2009, le groupe connaitra en effet pour la première fois depuis 1938 une perte de près de 3 milliards d'Euros et une baisse de son chiffre d'affaires de 20%.


Ancre retour

 
Retour de la famille fondatrice à la tête du groupe

Signe probable d'une inflexion dans la stratégie du groupe, le nouveau président Akio Toyoda, succédant à Katsuaki Wanabe à la tête de l'entreprise depuis 4 ans, est le petit fils du fondateur de l'entreprise. Katsuaki Wanabe a largement contribué à développer les capacités de production du groupe, à un rythme d'expansion jugé maintenant trop rapide. Toyota dispose d'un potentiel de production de 10 millions de véhicules par an ; le nouveau président a fixé le seuil de rentabilité à 7 millions de véhicules vendus et a gelé les investissements capacitaires prévus (notamment pour les nouveaux sites prévus en Inde ou en Amérique Latine). Dans le même temps Toyota a confirmé la réorientation de ses dépenses d'investissement dans les projets « verts ».


Ancre retour

 
La stratégie hybride de Toyota

Alors que certains constructeurs optent pour les solutions « tout électrique », Toyota maintient son cap dans le développement des solutions hybrides. La marque lance la 3ème génération de sa Prius hybride plus de 10 ans après sa première version. Au total, le groupe en a d'ores et déjà vendu 1 million. Moins chère (15 900 €), Toyota vise l'objectif d'en vendre 400 000 par an dès 2010. C'est au total 4 versions hybrides que Toyota prévoit de lancer en 2009 au Japon et 3 hors de ses frontières. Le groupe garde l'objectif de produire 1 million de véhicules hybrides à partir de 2010 et vise le développement d'une motorisation hybride sur chacun de ses modèles.


Ancre retour

 
Les partenariats pour accélérer le développement de l’hybride rechargeable

Le partenariat conclu avec EDF, bénéficiant du soutien financier du fond démonstrateur de recherche géré par l'Ademe, préfigure probablement la Prius 4ème génération : une plus grande autonomie grâce à une batterie lithium ion permettant des déplacements urbains en mode 100% électrique et des possibilités de recharge. Ce programme fait parti d'un projet mondial de Toyota dont l'objet est de tester les performances des véhicules hybrides rechargeables. Le test concerne en France une centaine de véhicules équipés de batteries lithium ion, un système de recharge sur prise « domestique » et des centaines de points de recharge à Strasbourg où le test doit avoir lieu. Cette coopération vise à mettre au point un système de recharge et de facturation intelligent mais il s'agit surtout de préparer le terrain à la commercialisation à grande échelle du véhicule hybride.


Ancre retour

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.