BYD : un nouvel entrant bien inquiétant

04/06/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Parmi tous les nouveaux acteurs positionnés sur le marché de l'automobile, un en particulier fait beaucoup parler de lui : le chinois BYD. Depuis quinze ans, BYD est le deuxième plus important fabricant mondial de batteries rechargeables, il équipe notamment les téléphones Motorola, Nokia ou Samsung, et est l'un des leaders de l'industrie automobile chinoise - sa petite F3 est en tête de liste des berlines les mieux vendues dans le pays, devant la Toyota Corolla.

 

Mais c'est à peine depuis un an que ce constructeur s'est fait connaître en tant que fabricant de batteries au phosphate de fer, développée par les chercheurs de BYD.

 

Ce produit connu, dérivé de la famille des batteries lithium-ion aujourd'hui utilisées par la plupart des autres constructeurs de véhicules hybrides ou électriques, devrait, selon le groupe chinois, permettre de résoudre les problèmes de durée de vie, de manque d'énergie ou d'instabilité qui avaient jusqu'ici limité le développement des véhicules électriques dans le monde. De plus, la batterie Fe, couplée aux moyens industriels de BYD et à sa main-d'œuvre bon marché, qui assemble les accumulateurs à la chaîne, permettrait de casser le coût de production des véhicules « verts », dont les prix rebutent pour l'instant les acheteurs potentiels. La F3DM est ainsi proposée à 150.000 yuans (environ 16.500 euros) quand le prix de vente de sa future concurrente, la Chevrolet Volt, qui devrait être commercialisée fin 2010, avoisinerait les 30.000 euros. De quoi faire de l'ombre aux grandes marques internationales positionnées sur ce marché.

Mais désormais, BYD n'est plus le seul acteur chinois se positionnant sur le véhicule « vert ». Il a ouvert la brèche a d'autres constructeurs nationaux, tel que Chery, quatrième constructeur du pays, qui doit lancer avant la fin de l'année sa petite compacte Riich M1. Rechargée sur une prise 220 volts du secteur pendant six heures, elle pourrait rouler sur une distance de 120 kilomètres.

 

Et les exemples sont multiples. Les constructeurs chinois sont des concurrents sérieux dans la course à la voiture « verte ».

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.