IAA. Les grandes marques avancent masquées sur le bio

27/04/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le rayon épicerie est un de ceux qui profite le plus du succès du bio : les ventes ont progressé de 25 % en valeur en un an. Les MDD sont de loin les plus contributrices à cette croissance (+ 40 %). Conséquence : le marché attise les convoitises des grands industriels, lesquels lancent des marques dédiées au bio, à l'image de Connétable avec L'arbre à poissons ou de Yabon avec Nature Attitude. Les prix pratiqués par ces opérateurs se situent entre ceux des MDD et ceux des généralistes de la bio.

 

Décryptage : Le marché de l'épicerie bio était jusqu'à présent une affaire d'opérateurs historiques et de PME. Mais le succès du rayon a suscité l'intérêt des grands noms de l'alimentaire, la difficulté pour eux étant de trouver une légitimité sur le créneau du bio. L'astuce marketing consiste donc à employer une marque qui ne permet pas au consommateur de reconnaître le fabricant. Ce dernier profite néanmoins de son savoir-faire industriel et marketing, ainsi que d'économies d'échelle pour asseoir une offre pertinente et séduisante.

Sources

"Les ténors de l'épicerie succombent au bio", Linéaires, avril 2009

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.