IAA. Les grandes marques avancent masquées sur le bio

27/04/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le rayon épicerie est un de ceux qui profite le plus du succès du bio : les ventes ont progressé de 25 % en valeur en un an. Les MDD sont de loin les plus contributrices à cette croissance (+ 40 %). Conséquence : le marché attise les convoitises des grands industriels, lesquels lancent des marques dédiées au bio, à l'image de Connétable avec L'arbre à poissons ou de Yabon avec Nature Attitude. Les prix pratiqués par ces opérateurs se situent entre ceux des MDD et ceux des généralistes de la bio.

 

Décryptage : Le marché de l'épicerie bio était jusqu'à présent une affaire d'opérateurs historiques et de PME. Mais le succès du rayon a suscité l'intérêt des grands noms de l'alimentaire, la difficulté pour eux étant de trouver une légitimité sur le créneau du bio. L'astuce marketing consiste donc à employer une marque qui ne permet pas au consommateur de reconnaître le fabricant. Ce dernier profite néanmoins de son savoir-faire industriel et marketing, ainsi que d'économies d'échelle pour asseoir une offre pertinente et séduisante.

Sources

"Les ténors de l'épicerie succombent au bio", Linéaires, avril 2009

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...