Distribution. Les hard-discounters foncent sur le bio

27/04/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Dans un contexte difficile, le bio demeure un ilôt de croissance sur lequel les hard-dicounters ont décidé de s'amarrer. Après les MDD en GMS c'est au tour de Netto, Aldi et consort de lancer leurs propres marques estampillées du logo AB. Des gammes déjà larges de 20 à 50 références, beaucoup de rayons couverts et des prix compétitifs : autant d'arguments qui devraient attirer de nouveaux acheteurs du bio.

 

Décryptage : Leader Price semble l'enseigne la plus avancée en matière de bio, avec déjà plus de 50 références et des produits avec un packaging et un marketing mix attractifs. Il faut dire que qu'elle s'apparente plus à un vendeur de MDD qu'à un hard discounter "pur et dur". Le déploiement du bio sur ce circuit devrait non seulement doper sa fréquentation mais aussi élargir le cercle des acheteurs grâce à un positionnement prix plus bas que dans les hypers et supers.

Sources

"Le hard se met au vert", Linéaires, avril 2009

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.