Le concept "Pay what you want", nouveau levier promotionnel

14/04/2009 (modifié le 15 avr. 2009)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le principe du concept anglo-saxon "Pay what you want" est simple : le consommateur décide lui-même du prix qu'il désire payer pour un service. Ce nouveau levier promotionnel est aussi un bon moyen de faire parler de soi et par temps de crise les hôteliers - restaurateurs l'ont bien compris à en juger le nombre d'initiatives.

Ibis a lancé en février une promotion pour l'ouverture de son nouvel hôtel à Singapour en permettant aux clients de payer ce qu'ils voulaient. Le restaurant londonien Little Bay a, quant à lui, appliqué le PWYW durant tout le mois de février. Non seulement cette initiative a été un réel succès (2200 couverts hebdomadaires au lieu des 1100 habituels) mais la notoriété du restaurant a été boostée (plus de 30 échos média). Le principe du PWYW fait actuellement boule de neige, et pour cause : peu de clients en ont profité pour laisser de faibles sommes, au contraire, ils ont payé autant voire un peu plus que le prix escompté.

Ainsi, le Taverne Crescent à Montréal propose de "payer ce que vous voulez" en semaine entre 11 et 15 heures, de même pour La Boucherie à Reims qui affiche de grandes banderoles en semaine à l'heure du déjeuner. Certains restaurants associatifs de Denver à Salt Lake City fonctionnent pour leur part toute l'année sur ce principe...

 

 

Décryptage : Par temps de crise, les premiers postes de dépense touchés sont le tourisme et les loisirs. Aussi le concept PWYW est-il loin de se limiter à un phénomène anecdotique. Ce nouveau levier promotionnel permet de maintenir voire augmenter son chiffre d'affaires, d'accroître sa notoriété sans investissement en communication ni publicité. Cependant, il reste à vérifier, une fois la crise passée, ce qu'il adviendra de ces offres promotionnelles et comment le consommateur réagira au "retour à la normale" compte tenu des nouvelles références de prix auxquelles il se sera habitué.

A noter : cette initiative n'est pas exclusivement réservée aux restaurateurs. En effet, l'éditeur anglais Faber and Faber testera le concept en lançant le 27 avril le livre "What Price Liberty" en version e-book, téléchargeable en PWYW.

Sources

"Pay what you want", ou comment faire parler de soi - Les Echos, 24 mars 2009

Auteur AdminTv

A lire également

La tendance "Hygge" version restauration collective

Le 04/04/2018

Lors de la 6ème édition de Cantina, convention de la restauration collective, la société IBOOZT est intervenue sur le mouvement Hygge, qui permettrait de concilier la qualité de l’alimentation avec le bien-être personnel et l'efficacité professionnelle. Au Danemark, la restauration collective est passée à ce modèle...

Le kasha surfe sur la tendance sans gluten, en restauration et bientôt en GMS.

Le 30/03/2018

La tendance est à la découverte de nouveaux ingrédients qui s'immisceraient dans nos plats traditionnels pour y apporter une touche "healthy". Le sarrasin peut par exemple se prévaloir de nombreux bienfaits santé. Place aujourd'hui au kasha qui inspire à la fois des nouveaux concepts de crêperies mais également l'innovation industrielle.

La restauration, initiatrice des tendances en GMS. Quid de l'offre végétale ?

Le 14/02/2018

La restauration impulserait-elle les tendances à venir ? Et bien oui !
L'offre en GMS se flexitarise de plus en plus, à en voir toutes les innovations végétales.
Tendance loin d’être nouvelle, puisque nos grands chefs l'avaient prédite depuis longtemps...