Distribution. Les industriels s'orientent vers des circuits plus courts

26/03/2009 (modifié le 26 mars 2009)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Pour enrayer la baisse d'activité liée au pouvoir d'achat en berne et au changement de comportement d'achat des ménages, les industriels de l'agro-alimentaire testent de nouvelles pistes de diversification pour maintenir leurs ventes.

Illustration avec Langloys Traiteur - fabricant de saumon fumé, sushis et soupes de poissons - qui teste un nouveau concept de restauration rapide en ouvrant ce mois le 1er fast-food de sushis à Bourg en Bresse (Ain). Le restaurant pilote de 180 m² compte 42 places et offre une large gamme de sushis issus des lignes de production de l'industriel et vendus en libre-service avec une DLC de 24 heures. Le restaurant MonSushi propose également des plats chauds (nouilles, soupes, produits bio...) et dispose d'un espace dédié à l'épicerie japonaise (produits à base de soja, préparations pour sushi, saké, thé...). En fonction des résultats, Langloys Traiteur a pour ambition de développer ce concept de restauration en franchise.

Autre initiative en Bretagne avec l'entreprise Chikolodenn à Carantec (Finistère), initialement spécialisée dans la fabrication de produits traiteur pour les mariages et banquets festifs. Elle a investi dans 500 m² de locaux techniques pour se diversifier dans la fabrication de plats cuisinés pour la restauration et développer également une gamme de plats préparés sous vide toujours pour la restauration mais aussi pour les particuliers. Par ailleurs, Chikolodenn fabrique des conserves du même nom qui sont distribuées dans 120 boutiques et épiceries fines bretonnes et parisiennes. Les dirigeants, actionnaires du restaurant Breizh Café à Vannes pour lequel ils produisent les plats, souhaitent ouvrir un second Breizh Café à Brest.

Décryptage : Certes le budget des ménages pour l'alimentaire se contracte mais c'est avant tout le changement de comportement de consommation qui impacte directement les industriels de produits alimentaires haut de gamme. En effet, les ménages concentrent leurs achats sur les produits de 1ère nécessité et de consommation courante et réduisent les achats de produits festifs. Aussi,les industriels cherchent de nouveaux relais de croissance en distribuant leurs produits dans de nouveaux canaux pour eux tels que la restauration ou la vente directe aux particuliers via des boutiques à leur marque...

Sources

"Langloys Traiteur ouvre son premier fast-food", RIA, Mars 2009

"Chikolodenn souhaite démarrer rapidement les productions de son nouvel ensemble", Lettre Economque de Bretagne, Mars 2009.

Auteur AdminTv

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...