La baisse du prix du pétrole : l’illusion du court terme

12/02/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Un pétrole entre 25 et 40$ en 2009, c'est ce qu'indiquent plusieurs sources éprouvées dans le domaine, dont l'IFP.

Les facteurs d'une telle tendance baissière sont nécessairement liés à la spéculation, elle-même influencée directement par la crise économique mondiale et l'arrêt brutal de la consommation de pétrole des pays de l'OCDE, qu'ils soient européens ou asiatiques. Pour exemple, la Chine, qui pour la première fois a enregistré deux baisses successives de sa demande de pétrole, 1,8% en novembre et 5,6% en décembre. Ensuite, d'autres grands pays, comme le Brésil ou l'Afrique du Sud subissent le même phénomène. Pas moins de 70% de la croissance de la demande hors OCDE devait provenir des pays producteurs de commodités, prévoyait l'AIE. Or, selon la Banque Morgan Stanley, ces pays ont été durement frappés par la chute des prix des matières premières et seront incapables de poursuivre leur rythme de croissance.

Désormais, pays émergents et pays développés connaissent tous la même baisse de la demande, et les rééquilibrages du marché par la baisse de la production de pétrole n'y changent rien. Seul signal positif qui indiquerait des résultats moins mauvais que prévus en termes de demande pétrolière : le plan de relance chinois, qui commencerait à avoir des effets directs sur l'économie chinoise et par conséquent sur la demande de pétrole.

Cette situation ne doit pas faire oublier que, bien que conjoncturelle, la crise est temporaire et voile des scénarios à moyen terme avec une tendance haussière de la demande pétrolière, et donc une augmentation significative du prix du baril. La reprise de la demande devrait en effet ramener en 2010 les cours moyens du WTI vers les 55 dollars, puis à 84 dollars en 2011. Une hausse, explique Morgan Stanley, qui sera amplifiée par l'abandon des projets d'extraction les plus coûteux avec un gel à hauteur de 60 à 70% des investissements des compagnies pétrolières dans leurs outils de raffinage et d'extraction.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.