Distribution. Le vrac, nouvelle forme de merchandising en GMS

27/01/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le torréfacteur breton Coïc a mis au point un meuble de vente de café en vrac pour la GMS. Ce distributeur, baptisé Lilo Cafés, permet au chaland de composer lui-même son mélange à partir d'un interface tactile. Le paquet de café est vendu prix unique de 3,60 € les 250 g.

 

Décryptage : La vente en vrac est beaucoup plus développée aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni qu'en France. Dans l'Hexagone, les applications se limitent généralement aux céréales (petit-déjeuner, pâtes, riz), avec deux circuits principaux : les magasins spécialisés plutôt haut de gamme (magasins bio, boutiques café/thé) et les grandes surfaces classiques qui positionnent le vrac en produit discount. Ici, Coïc propose un tarif situé entre ces deux offres, qui se justifie par un merchandising différenciant.

Sources

"Le Breton Coïc revisite le café vrac", Linéaires, janvier 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...