Distribution. Le vrac, nouvelle forme de merchandising en GMS

27/01/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le torréfacteur breton Coïc a mis au point un meuble de vente de café en vrac pour la GMS. Ce distributeur, baptisé Lilo Cafés, permet au chaland de composer lui-même son mélange à partir d'un interface tactile. Le paquet de café est vendu prix unique de 3,60 € les 250 g.

 

Décryptage : La vente en vrac est beaucoup plus développée aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni qu'en France. Dans l'Hexagone, les applications se limitent généralement aux céréales (petit-déjeuner, pâtes, riz), avec deux circuits principaux : les magasins spécialisés plutôt haut de gamme (magasins bio, boutiques café/thé) et les grandes surfaces classiques qui positionnent le vrac en produit discount. Ici, Coïc propose un tarif situé entre ces deux offres, qui se justifie par un merchandising différenciant.

Sources

"Le Breton Coïc revisite le café vrac", Linéaires, janvier 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

"Nous, épiceries anti-gaspi", prochaine ouverture à Rennes !

Le 29/03/2018

Face à l'engouement pour la lutte contre le gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient. Deux entrepreneurs engagés, Vincent Justin et Charles Lottmann, lancent un nouveau circuit de distribution permettant aux fournisseurs de vendre leurs produits déclassés et invendus dans l'enseigne "Nous".

Sans pesticide, sans insecticide, zéro résidu ou sans traitement après récolte... A chacun sa promesse.

Le 15/03/2018

Les pesticides occupent aujourd'hui une large place dans les débats… Encouragées par les considérations des consommateurs toujours plus inquiets et une actualité qui renforce la défiance, les filières ont déjà pris les devants. Pommes de terre, tomates et autres fruits et légumes font le choix de logos impactants pour se différencier en linéaire.