Distribution. Le vrac, nouvelle forme de merchandising en GMS

27/01/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le torréfacteur breton Coïc a mis au point un meuble de vente de café en vrac pour la GMS. Ce distributeur, baptisé Lilo Cafés, permet au chaland de composer lui-même son mélange à partir d'un interface tactile. Le paquet de café est vendu prix unique de 3,60 € les 250 g.

 

Décryptage : La vente en vrac est beaucoup plus développée aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni qu'en France. Dans l'Hexagone, les applications se limitent généralement aux céréales (petit-déjeuner, pâtes, riz), avec deux circuits principaux : les magasins spécialisés plutôt haut de gamme (magasins bio, boutiques café/thé) et les grandes surfaces classiques qui positionnent le vrac en produit discount. Ici, Coïc propose un tarif situé entre ces deux offres, qui se justifie par un merchandising différenciant.

Sources

"Le Breton Coïc revisite le café vrac", Linéaires, janvier 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.