Consommation. Les seniors attachés à la pratique culinaire

15/01/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Selon une étude du Crédoc, l'engouement des Français aux plaisirs de la table est de plus en plus fort, pour preuve les cours de cuisine se sont démocratisés et sont très recherchés. La part de la population pour laquelle cette dimension est la plus forte sont les retraités, qui ont du temps disponible et un pouvoir d'achat suffisamment élevé pour se consacrer à cette activité.

De leurs points de vue, la préparation des repas n'est pas une corvée mais elle est devenue synonyme de loisir et de valorisation de la personne à travers son savoir-faire. Cependant l'effet est inverse pour les individus vivant seuls, la solitude entraine une perte d'intérêt pour les repas qui n'ont plus la vertu d'être une activité sociale : 50 % d'entre eux souhaitent passer le moins de temps possible en cuisine.

Les seniors sont très attachés aux transmissions des connaissances culinaires aux jeunes générations et regrettent le manque d'intérêt de ceux-ci. Ils sont nombreux (67%) à souhaiter un retour aux fondamentaux avec l'apprentissage à l'école de la cuisine.

Décryptage :

Avec la cacophonie alimentaire actuelle, le home-made est un moyen de rassurer les consommateurs sur ce qu'ils mangent. Cette pratique s'inscrit dans la demande de naturalité des produits consommés. Chez les plus jeunes, la demande de savoir culinaire peut aussi être motivée par le sentiment de réaliser des économies.

Les anciens, eux, portent un grand intérêt à leurs repas parce qu'ils représentent des moments de plaisir, de partage et de convivialité, aussi bien dans la préparation que dans la consommation. La préservation de la pratique culinaire permet d'assurer un bon équilibre nutritionnel et la diversité des denrées consommés, ce qui permet de leurs conserver leur santé.

Néanmoins, dès qu'il vit seul, le senior a tendance a se désintéresser de la cuisine, ce qui peut le conduire à des déséquilibre nutritionnels.

Sources

"Le retour du plaisir de cuisiner", Crédoc Consommation et modes de vie, décembre 2008

Auteur Anaïs Delourme, CCI Rennes

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?