Consommation. Les seniors attachés à la pratique culinaire

15/01/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Selon une étude du Crédoc, l'engouement des Français aux plaisirs de la table est de plus en plus fort, pour preuve les cours de cuisine se sont démocratisés et sont très recherchés. La part de la population pour laquelle cette dimension est la plus forte sont les retraités, qui ont du temps disponible et un pouvoir d'achat suffisamment élevé pour se consacrer à cette activité.

De leurs points de vue, la préparation des repas n'est pas une corvée mais elle est devenue synonyme de loisir et de valorisation de la personne à travers son savoir-faire. Cependant l'effet est inverse pour les individus vivant seuls, la solitude entraine une perte d'intérêt pour les repas qui n'ont plus la vertu d'être une activité sociale : 50 % d'entre eux souhaitent passer le moins de temps possible en cuisine.

Les seniors sont très attachés aux transmissions des connaissances culinaires aux jeunes générations et regrettent le manque d'intérêt de ceux-ci. Ils sont nombreux (67%) à souhaiter un retour aux fondamentaux avec l'apprentissage à l'école de la cuisine.

Décryptage :

Avec la cacophonie alimentaire actuelle, le home-made est un moyen de rassurer les consommateurs sur ce qu'ils mangent. Cette pratique s'inscrit dans la demande de naturalité des produits consommés. Chez les plus jeunes, la demande de savoir culinaire peut aussi être motivée par le sentiment de réaliser des économies.

Les anciens, eux, portent un grand intérêt à leurs repas parce qu'ils représentent des moments de plaisir, de partage et de convivialité, aussi bien dans la préparation que dans la consommation. La préservation de la pratique culinaire permet d'assurer un bon équilibre nutritionnel et la diversité des denrées consommés, ce qui permet de leurs conserver leur santé.

Néanmoins, dès qu'il vit seul, le senior a tendance a se désintéresser de la cuisine, ce qui peut le conduire à des déséquilibre nutritionnels.

Sources

"Le retour du plaisir de cuisiner", Crédoc Consommation et modes de vie, décembre 2008

Auteur Anaïs Delourme, CCI Rennes

A lire également

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".

Miel et naturalité : une nouvelle façon de sucrer.

Le 07/02/2017

Le repli de la consommation de sucre et d'édulcorants profite aux solutions perçues comme plus naturelles comme le sirop d'agave, d'érable ou le miel. Et pour répondre à cette demande grandissante l'offre s'étoffe, les usages se diversifient… Point à date sur le miel qui poursuit sa progression amorcée il y a plus de 15 ans.