Consommation. Les seniors attachés à la pratique culinaire

15/01/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Selon une étude du Crédoc, l'engouement des Français aux plaisirs de la table est de plus en plus fort, pour preuve les cours de cuisine se sont démocratisés et sont très recherchés. La part de la population pour laquelle cette dimension est la plus forte sont les retraités, qui ont du temps disponible et un pouvoir d'achat suffisamment élevé pour se consacrer à cette activité.

De leurs points de vue, la préparation des repas n'est pas une corvée mais elle est devenue synonyme de loisir et de valorisation de la personne à travers son savoir-faire. Cependant l'effet est inverse pour les individus vivant seuls, la solitude entraine une perte d'intérêt pour les repas qui n'ont plus la vertu d'être une activité sociale : 50 % d'entre eux souhaitent passer le moins de temps possible en cuisine.

Les seniors sont très attachés aux transmissions des connaissances culinaires aux jeunes générations et regrettent le manque d'intérêt de ceux-ci. Ils sont nombreux (67%) à souhaiter un retour aux fondamentaux avec l'apprentissage à l'école de la cuisine.

Décryptage :

Avec la cacophonie alimentaire actuelle, le home-made est un moyen de rassurer les consommateurs sur ce qu'ils mangent. Cette pratique s'inscrit dans la demande de naturalité des produits consommés. Chez les plus jeunes, la demande de savoir culinaire peut aussi être motivée par le sentiment de réaliser des économies.

Les anciens, eux, portent un grand intérêt à leurs repas parce qu'ils représentent des moments de plaisir, de partage et de convivialité, aussi bien dans la préparation que dans la consommation. La préservation de la pratique culinaire permet d'assurer un bon équilibre nutritionnel et la diversité des denrées consommés, ce qui permet de leurs conserver leur santé.

Néanmoins, dès qu'il vit seul, le senior a tendance a se désintéresser de la cuisine, ce qui peut le conduire à des déséquilibre nutritionnels.

Sources

"Le retour du plaisir de cuisiner", Crédoc Consommation et modes de vie, décembre 2008

Auteur Anaïs Delourme, CCI Rennes

A lire également

Nouveau circuit de distribution pour une huile alimentaire...

Le 17/04/2018

Initiatives gouvernementales, comportement des consommateurs et reformulation des aliments, les industriels s'engagent dans la modification des recettes selon le tryptique "moins gras, moins sucré, moins salé". Présente dans les cuisines centrales depuis les années 90, Lipifluid arrive sur le marché via les pharmacies.

Une alimentation plus végétale ? Quels impacts nutritionnels ? Quels leviers de communication ?

Le 05/04/2018

Le consommateur tend à associer le "tout végétal" au "super sain", ce qui mène à des incohérences entre un positionnement "healthy" et des formulations qui ne le sont pas forcément. Ainsi, pour ne pas générer d'achat déceptif, l'industriel doit réfléchir son produit dans ce sens... Place aux ingrédients sains, simples et naturels.

Erbology : quand les plantes rares prennent le pouvoir !

Le 07/03/2018

Chez Erbology, jeune société Londonienne, les plantes rares ont la cote ! Sélectionnées pour leurs propriétés nutritionnelles, elles portent naturellement toute une symbolique de naturalité, de relaxation et de bien être … et s’intègrent pleinement dans la définition d’un style de vie sain !