Electromobilité : 8 pays s’engagent dans une initiative commune

15/12/2010 (modifié le 15 déc. 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

C'est sous l'égide de l'agence Internationale de l'énergie (IEA), que l'initiative Véhicules Electriques (EVI) a été lancée en juillet 2010. 8 pays (Chine, France, Allemagne, Japon, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Etats Unis) se sont engagés pour partager leurs expériences et leurs informations sur le développement des véhicules électriques et hybrides.

L'objectif est de favoriser et de coordonner la mise en circulation des 20 millions de véhicules électriques prévue d'ici 2020 (hypothèse IEA).

Chacun des 8 pays s'est engagé à :

  • Lancer des expérimentations dans des villes pilotes. Nous rappellerons que la France a labélisé une douzaine de villes pour tester l'électromobilité dont Rennes.
  • Collaborer en matière de financement de la recherche.
  • Partager les bonnes pratiques en matière de politique de développement de la mobilité électrique.
  • Définir des normes universelles sur l'évaluation de véhicules, des infrastructures et en matière de protocoles de communication.

Par ailleurs il a été convenue de tester l'ensemble des véhicules électriques : Véhicules hybrides, Véhicule hybrides rechargeables (plugin), Véhicules électriques, Véhicules équipé d'une pile à combustible.

Chaque gouvernement s'est engagé à intégrer l'électromobilité dans les transports publics et au sein de leur propre flotte de voitures. Les producteurs d'énergie et les principaux constructeurs de chaque pays seront associés à cette démarche.

Après une réunion courant octobre au salon de l'automobile de Paris, qui a regroupé 75 experts et délégués internationaux, un prochain point d'avancement de cette initiative a été fixé au printemps 2011 au salon de Shanghai.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.