Whole Food Markets pour la pêche durable : feu rouge sur certains poissons.

Le 10 décembre 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Aux Etats-Unis, Whole Food Markets étiquette ses poissons sauvages avec des pastilles de couleur correspondant à la "durabilité" de leur pêche.

Depuis le 13 septembre, Whole Food Market (enseigne n°1 au monde de supermarchés de produits naturels et bio) a initié un nouvel étiquetage à son rayon marée. Pour ce faire, WFM à signé un partenariat avec l'Aquarium de Monterey Bay Seafood Watch et l'institut Blue Ocean qui sont reconnus pour leurs méthodes scientifiques d'évaluation des ressources.

Un code couleur présente le niveau de « durabilité » de chaque espèce présente sur les étals.

Pastilles

 

Décryptage :

Les produits de la mer ont toujours été présentés comme des aliments sains, c'est-à-dire bons pour la santé d'une part et plutôt meilleurs pour la planète que l'élevage carné d'autre part.

Pourtant de nombreux produits de la mer proposés à la vente ne sont pas « verts ».

  • La surpêche de certaines espèces entraîne un risque d'extinction,
  • La disparition d'une espèce participe à la destruction de l'éco-système avec un effet négatif sur d'autres espèces,
  • L'aquaculture peut générer des zones de pollution par le rejet de déchets alimentaires ou de produits chimiques toxiques,
  • Certaines espèces exotiques peuvent « s'échapper » de leur zone d'élevage, se retrouver dans un milieu qui n'est pas le leur et provoquer des ravages sur la faune et la flore,
  • Plusieurs poissons carnivores d'élevage (saumon, sébaste,...) se nourrissent d'autres poissons sauvages, ce qui entraîne des besoins de grosses quantités et donc une pêche « trop » intensive.

Pourtant une pêche durable existe, qui prend en compte les espèces, les saisons, les quantités et les méthodes de pêches non agressives (pour éviter la prise accidentelle d'autres espèces non désirées).

En pisciculture, il est possible d'élever des poissons herbivores comme le tilapia et le silure.

Avec cette méthode d'affichage, Whole Foods Market confirme son engagement dans la pêche durable tout en participant à la formation du consommateur. La démarche est volontariste puisque WFM s'engage à retirer de ses étals tous les poissons étiquetés en rouge à horizon 2013.

En attendant cette échéance, les ventes de « pastilles rouges » devraient baisser. Une manière de voir sir une approche radicale de ce type trouve écho dans les attentes des consommateurs.

Pastille 2

 

 

 

Sources

« Whole foods Market distribue les bons et les mauvais points », Linéaires, novembre 2010.
http://www.montereybayaquarium.org/

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...