Carrefour sans OGM.

Le 07 décembre 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Depuis le 26 octobre, Carrefour appose sur une sélection de produits un logo garantissant une provenance animale nourrie sans OGM.

Le groupe Carrefour lance cette semaine un étiquetage « Nourri sans OGM » pour 300 références alimentaires de produits animaux dans tous ses magasins en France. Cela concernera tous les produits « Engagement Qualité Carrefour », comme le porc, le veau, volailles, œufs ou poissons d'élevage.

 

Sans OGM

 

Le terme OGM désigne un organisme vivant tel qu'une plante, un animal, une bactérie ou un virus, dont le patrimoine génétique a été modifié en laboratoire par l'introduction de gènes exogènes qui peuvent provenir  d'espèces radicalement différentes.

En Europe, il y a très peu de culture OGM (0,1% des terres en 2007). En France, il n'existe aucune culture commerciale. Par contre, les essais restent autorisés. Comme la France, d'autres pays européens refusent les cultures commerciales OGM sur leur territoire : Allemagne, Autriche, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Pologne. Les cultures d'OGM sont majoritairement localisées sur le continent américain.

Concernant les végétaux : La règlementation européenne impose un étiquetage indiquant la présence d'OGM si les produits alimentaires en contiennent. Pour apposer un logo « Sans OGM », il faut pouvoir démontrer par un système de sécurisation une absence totale d'OGM.

Concernant les animaux : En France, les éleveurs sont informés de la présence OGM ou non dans les aliments consommés par leurs animaux. Par contre, il n'y a aucune obligation d'étiquetage spécifique pour les produits issus d'animaux d'élevage nourris avec des cultures transgéniques.

Les animaux d'élevage mangent plus souvent des tourteaux de soja que de l'herbe et des céréales. Or, la production de soja OGM représente 70% de la production mondiale et ses cultures grignotent la forêt amazonienne. Actuellement, le soja non OGM ne représente que 20% des importations totales de soja en France.

Aujourd'hui, pour être certains de consommer des produits issus d'animaux nourris sans OGM, les consommateurs n'ont d'autre choix que les produits bio. En effet, ceux-ci sont par la règlementation exempts d'OGM, il n'y a donc pas besoin de le mentionner spécifiquement. 

Les français sont très largement opposés aux OGM. Selon l'Etude TNS Sofres demandée par Carrefour (Source : voir les résultats de l'étude TNS Sofres en ligne sur le site de Carrefour)

  • Une large majorité de Français (74 %) pense que la nourriture des animaux destinés à la consommation humaine contient des OGM, sans toutefois en avoir la certitude (seuls 21 % en sont certains),
  • 63 % des individus qui ne savent pas que la nourriture pour animaux destinés à la consommation humaine contient des OGM arrêteraient de consommer ce type de produit s'ils apprenaient le contraire,
  • Pour les Français, il est primordial (76 % de «OUI certainement») que la présence ou l'absence d'OGM dans l'alimentation animale soit mentionnée sur les aliments concernés).

Fin 2009, le Haut conseil aux biotechnologies (HCB) a rendu un avis favorable pour l'information du consommateur. Un décret d'application permettant d'étiqueter les produits issus d'animaux nourris sans recours aux OGM doit paraître prochainement.

Pour les militants, la démarche est positive car c'est un premier pas pour montrer aux producteurs de soja qu'il y a une demande pour le soja sans OGM en  Europe, d'autant plus que l'étiquetage se pratique déjà en Allemagne et en Autriche.

A voir comment les consommateurs vont passer de la déclaration d'intention à la réalité par les chiffres. Au-delà du chiffre d'affaires dégagé par les produits estampillés du logo, Carrefour soigne son image en poursuivant son engagement vers une consommation plus responsable à l'instar de la plupart des enseignes de la distribution.

Sources

www.carrefour.fr/SansOGM
www.lexpress.fr,
www.cdurable.info
www.ogm.greenpeace.fr
www.wwf.fr

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...