Troc Inter-Entreprises : Une autre forme de partenariat

Le 02 décembre 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La méfiance des entreprises françaises vis-à-vis du troc inter-entreprises s'explique certainement par l'image de "trucs et ficelles - trocs et combines" véhiculée par ce type de transaction et par la méconnaissance de son cadre juridique.

Le troc : une pratique qui se développe

Pourtant, l’échange de marchandises entre entreprises est une opération classique, très encadrée, dont la nouveauté réside simplement dans son fort développement. Mais la crise est passée par là, les entreprises françaises se sont mises à la recherche de nouvelles formes de transactions préservant leur trésorerie mise à mal. Et elles sont de plus en plus nombreuses à opter pour le troc, concept importé des Etats-Unis.

Une nuit d’hôtel contre un encart publicitaire, un contrat de nettoyage contre des heures de golf pour les salariés… Ou encore, comment obtenir des espaces publicitaires dans les médias, s’offrir une campagne d’image, s’équiper en mobilier de bureau, renouveler son parc informatique, écouler du « temps humain », du « temps-machine », des produits en stock. Autant d'échanges de produits ou de services.

Ces transactions peuvent même devenir des modèles de collaboration, de partenariat, de développement de synergies, de solidarité entre PME qui connaissent les mêmes problématiques. Elles permettent également de nouer de nouveaux contacts : les entreprises mises en relation n’auraient peut-être jamais travaillé ensemble sans ces échanges.

Des échanges encadrés juridiquement

Le troc inter-entreprises doit se faire dans le respect du cadre juridique : la loi impose aux entreprises de signer un contrat, de payer la TVA, de passer un accord de compensation pouvant être financier.

Le succès de l’opération dépend de l’équilibre de la transaction : les deux parties doivent s’accorder sur une valeur de leurs produits ou de leurs services. Indirectement, chaque produit ou service concerné, comme les lots issus de « sur-stocks » pourraient peut-être retrouver dans ce type d’échange « leur vraie valeur ».

Pour pratiquer le troc et trouver le partenaire idéal, les entreprises peuvent  se servir des plateformes de troc qui  se développent sur le net. Ces sites orchestrent la mise en relation contre une commission, version moderne d’un mode de commerce antique…

Citons par exemple la plateforme b2b En-TRADE créée en mai 2010 (www.b2b-en-trade.com) ou encore la plateforme Barter Stock Exchange (www.barterstockexchange.fr).

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?