Goupil lance son petit utilitaire bi mode hybride et électrique

23/11/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Goupil est une entreprise spécialisée dans la conception et l'assemblage de véhicules électriques utilitaires.

Dernier né de la société, le G5, issu d'un travail de 3 ans et d'un million d'euro en R&D. Il est le premier utilitaire bi-mode électrique/hybride essence permettant deux fonctions distinctes :

  • un mode 100% électrique
  • un mode hybride électrique/essence (4 temps) où l'utilisation des moteurs électrique et thermique est séquentielle, en fonction de la vitesse du véhicule : jusqu'à 25 km/h, le véhicule fonctionne en mode électrique et au-delà de 30 km/h, le moteur thermique prend le relais.

Conçu dans un assemblage de pièces moulées plastiques, plus légères et plus résistantes, le gain de poids est significatif. Le G5 gagne ainsi en autonomie :

  • En mode électrique, le G5 peut atteindre une vitesse de 40 km/h et a une autonomie de 80 km maxi.
  • En mode hybride, on passe à une vitesse de pointe de  70 km/h et une autonomie totale de plus de 400 km.

Il est par ailleurs doté d'une charge utile de 500kg et d'un volume allant de 4 à 6 m3 et est destiné au marché de la logistique de proximité (ou dit du dernier kilomètre). Colipost en aurait d'ores et déjà acheté une dizaine pour les utiliser sur Paris et dans quelques villes de province.

 

Goupil Industrie est une entreprise de 80 salariés, présente dans 17 pays d'Europe, à travers 800 clients. Depuis 2005, la société enregistre une croissance de 40 % par an, et prévoit un Chiffre d'Affaires 2010 de 20M€ dont 30% à l'export. Les collectivités représentent quant à elles 40 % de son chiffre d'affaires et 16 % de ce même CA est effectué avec des industriels, dont Volkswagen en Allemagne qui utilise les véhicules de Goupil, pour ses différents sites industriels.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.