Diététique japonaise et longévité.

Le 19 novembre 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Dans notre société qui va connaître un vieillissement de sa population, la diététique japonaise est-elle une cure de jouvence dont on peut s’inspirer ?

Parmi les nombreuses conférences proposées lors du SIAL, une intervention de la Japanese Antioxidant Society a permis d'aborder les spécificités de l'offre alimentaire japonaise.

L'angle choisi a été de s'intéresser à la diététique particulière des habitants de l'île d'Okinawa dont la durée de vie est en moyenne de 86 ans.

En 2009, l'espérance de vie en France  s'établit à 84,5 ans pour les femmes et 77,8 ans pour les hommes. « La course à la longévité se poursuit, inexorablement. La France est, dans ce domaine, bien placée : juste derrière le Japon. La possibilité de devenir centenaire au Japon en 2010 est trois fois supérieure à celle des Européens. Mais au sein même de l'archipel nippon, elle est encore multipliée par trois à Okinawa ». (Source. Le Figaro.fr  Janvier 2010.)

Les facteurs météorologiques semblent une des raisons qui peuvent expliquer ces résultats (hiver très doux à Okinawa). L'autre raison invoquée est l'alimentation.

La conférence a permis de passer en revue les aliments consommés en grande quantité par les japonais ainsi que des habitudes alimentaires qui peuvent avoir un impact sur leur longévité.

 

Les habitudes alimentaires :

  • Dans la culture japonaise, l'habitude est de ne manger qu'à 80 % de sa faim,
  • Un Japonais consomme en moyenne 500 Calories de moins qu'un Européen par jour,
  • La cuisine japonaise utilise beaucoup d'épices traditionnels riches en anti-oxydants,
  • Les repas sont composés de beaucoup de légumes, de poisson et de racines variées,
  • Les Japonais apprécient les légumes de couleurs souvent riches en anti-oxydants (liés aux pigments naturels),
  • Ils sont de gros consommateurs de produits anti-âge en compléments alimentaires (souvent à base d'épices, d'algues...),
  • Au Japon, on mange utile et efficace quand en Europe on mange par goût,
  • Les Japonais sont habitués à ingérer des aliments très mauvais au goût s'ils sont bons pour la santé,
  • Enfin, ils boivent plusieurs litres de thé vert par jour, riche en polyphénols et qui, associé au poisson, active les omégas 3 dans les intestins.

 

Les aliments spécifiques fortement consommés au Japon :

 Japon

La Stévia : Cette plante sucrante est présente depuis longtemps dans les recettes japonaises. Le régime japonais s'établit avec un taux d'insuline bas. Cela participe à une baisse des maladies cardio-vasculaires et à un équilibre hormonal qui entraîne peu de syndrome de ménopause chez la femme japonaise.

Le thé vert : Riche en antioxydants, le thé vert se consomme toute la journée. Il est symbole d'accueil dans les relations humaines tant personnelles que professionnelles. Au-delà de sa consommation « liquide », il est ajouté dans de la confiserie, du chocolat... Une manière pour les Japonais de contrebalancer l'apport de sucre par un ingrédient santé.

Le Vinaigre Noir : Le vinaigre est utilisé couramment dans la cuisine, au Japon comme en France. Au Japon, il est principalement fabriqué à partir du riz. Le vinaigre noir est appelé Kuro-zu  ou tsubo-zu qui signifie "vinaigre de jarre". Ce nom trouve son origine dans sa fabrication unique : on met les ingrédients (riz cuit à la vapeur, KOJI, eau, vinaigre de semence) dans une jarre et on laisse fermenter le tout sous le soleil pendant un an. Le vinaigre réalisé est noir et contient beaucoup d'acides aminés. Il est aussi souvent utilisé comme complément alimentaire fonctionnel car il participe à l'augmentation de la thermogénèse et à la lutte contre l'obésité.

 Le Yuzu : Le yuzu est un proche parent japonais du citron vert, plus gros et moins lisse. Son goût pourrait être défini comme un mélange de cédrat, de pamplemousse et de mandarine. Notamment en raison de sa forte teneur en vitamine C, le yuzu est considéré au Japon comme un aliment médecine et s'utilise aussi bien en cuisine que dans le bain au début de l'hiver... Il contient beaucoup de polyphénols et a l'intérêt d'être stable quand il est transformé.

L'Umé : Au Japon, le fruit du prunier japonais est appelé "umé", mais en France il est connu sous le nom d'abricot japonais. D'après un vieux dicton japonais, un umé consommé matin et soir quotidiennement permet d'éviter d'aller chez le médecin. Riche en acide citrique, il est considéré comme booster d'énergie pour lutter contre la fatigue, antioxydant grâce à ses polyphénols.

Le Curcuma : Au Japon, le curcuma est beaucoup consommé frais. En médecine traditionnelle, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion, notamment parce qu'il augmente la sécrétion biliaire. La  curcumine est un antioxydant puissant qui pourrait expliquer un certain nombre des indications médicinales traditionnelles comme  traitement de divers troubles inflammatoires : douleurs arthritiques, rhumatismales ou menstruelles.

Les haricots noirs : Certains haricots de couleur foncée (comme les rouges et les noirs) renferment des anthocyanines, une catégorie d'antioxydants, qui pourraient contribuer à la prévention de certains cancers. Ils sont aussi très riches en magnésium préventif de dysfonctionnements cardio-vasculaires. Les anthocyanines sont des pigments naturels solubles dans l'eau. D'après le conférencier, ils permettent de réduire l'absorption de sucre et participeraient à lutter contre l'obésité. Au Japon, il y a actuellement une grande mode à consommer tout ce qui est noir ou foncé. Certains yaourts sont même enrichis avec ces pigments et sont donc gris/noirs.

Le Wakame : En plus de ses atouts sur le plan nutritionnel (présence de nutriments, d'oligo-éléments, de vitamines et de fibres), le wakame est utile pour détoxifier le système digestif des métaux lourds et toxines grâce à un polysaccharide, l'alginate. Le wakamé est souvent déshydraté, peut se conserver longtemps, ce qui explique sa forte consommation au Japon.

Les feuilles de Goyave : La goyave est plus riche en vitamine C que les agrumes habituels, la peau en contenant près de cinq fois plus qu'une orange, soit en moyenne 243 mg /100g. Les feuilles et les baies du goyavier sont utilisées dans diverses infusions herbales. Ces infusions ont la propriété de réduire la glycémie.

Minéraux extraits des eaux profondes de la mer : Ils proviennent d'une profondeur de plus de 300 m où la lumière ne pénètre pas. Zinc, magnésium ou autres, ils sont réputés d'une efficacité rapide.

 

Pour l'instant, le lien direct entre la diététique japonaise et la longévité observée de sa population n'est pas encore prouvée. La fréquence de consommation de tous ces aliments spécifiques tient beaucoup à la culture historique du Japon et semble difficilement transposable à notre pays.

Leur introduction en France pourrait se faire grâce à la tendance actuelle à rechercher des saveurs venues d'ailleurs : un plaisir nutritionnellement correct plutôt que des ingrédients santé.

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?