Moselle : le Conseil Général prépare la mobilité de demain

19/10/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après le département des Yvelines, la Moselle propose également un projet d’envergure pour tester l’électromobilité. Le Conseil Général Mosellan vient donc de publier un rapport d’orientation sur l’électromobilité. Ses atouts : la frontière avec 2 länder allemands impliqués dans un projet national et la présence sur son territoire de Daimler qui produit depuis quelques semaines des Smart électriques.


 
Les atouts d’un territoire transfrontalier

Le Conseil Général de Moselle souhaite intégrer à part entière la démarche pilote franco-allemande en matière d’électromobilité qui réunit actuellement 4 projets de démonstration transfrontaliers : 3 projets allemands et le projet « Kleber » associant la ville de Strasbourg (et Karlsruhe) à Toyota. Notons que ces expérimentations sont orientées sur 4 thèmes désignés comme prioritaires :

  • La sécurité des futurs dispositifs (aussi bien la recharge, que l’énergie embarquée)
  • Le dimensionnement des infrastructures de distribution
  • La standardisation des connecteurs des bornes de recharge
  • Le développement de nouvelles fonctionnalités (facturation, communication…)

La Moselle souhaite mettre en place un 5ème projet. L’objectif prioritaire du CG57, en développant une expérimentation d’envergure en matière de véhicule décarboné, est d’accroitre l’attractivité économique du territoire, notamment à l’international. Il est prévu à terme de créer un véritable cluster liée à la mobilité avec des entreprises de l’automobile, des organismes de recherche et formation, mais également fournisseurs d’énergie. Ce rapport met en évidence un autre atout de ce département : la diversité des producteurs et distributeurs d’électricité (pas moins de 7 entités sur ce territoire).


Ancre retour

 
Un projet fédérateur et différentiateur

Le rapport propose quelques pistes de travail que pourrait apporter le projet mosellan afin de compléter les expérimentations existantes :

  • Etude sur la mise en œuvre et le suivi de flux de circulation dans un cadre transfrontalier (problème lié à la facturation)
  • Mise en œuvre d’une infrastructure de charge d’initiative publique, associée à des services à l’usager
  • Expérimentation en matière de géolocalisation des points de charge
  • Un territoire permettant une triple expérimentation urbaine/rurale/transfrontalière

Le rapport préconise également d'intégrer les partenaires publics dans cette expérimentation, en développant une flotte de véhicules électriques (smart et PSA) au sein du Conseil Régional et de la Communauté Urbaine de Sarreguemines.

Enfin, le rapport insiste sur l’importance de fédérer un maximum de partenaires. Dans ce cadre, le Conseil Général devrait lancer un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recenser tous les partenaires publics ou privés souhaitant contribuer au projet (utilisation de véhicules, développement d’infrastructures de charge, développement technologique).


Ancre retour

 
Conclusion : Le CG57 roule déjà à l’électrique

La Moselle, qui est actuellement le premier département français à produire un véhicule électrique avec la Smart électrique, a compris que pour avoir une chance de gagner dans la course à l’expérimentation en matière d’électromobilité, celle-ci devait fédérer un grand nombre de partenaires, mais surtout avoir un projet reposant sur des atouts la différenciant des autres territoires.

Efin, nous rappellerons que la ville de Metz accueille du 26 au 28 octobre 2010 le Salon et Congrès des infrastructures routières et de transports en milieu urbain et interurbain.


Ancre retour

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.