Entre restauration et distribution, la « Distri-ration » s’impose.

Le 15 octobre 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Un rapprochement ne cesse de s’opérer entre la distribution alimentaire et la restauration à emporter, générant de nouveaux concepts pour de nouveaux acteurs…

Deux phénomènes conjoints ont émergé, conduisant à l'assouplissement des frontières entre distribution et restauration.

La réduction du temps disponible de préparation et de consommation des repas a généré la demande de solutions-repas transportables que l'on peut consommer tant à l'extérieur qu'à la maison.

Parallèlement, le consommateur s'est fait toujours plus demandeur de choix en restauration, entraînant le développement d'offres en libre-service de plus en plus étoffées. On ne distingue plus aujourd'hui la consommation différée à laquelle répondait la distribution, de la consommation immédiate auparavant réservée à la restauration.

Voilà qu'émerge selon Olivier Dauvers (éditeur et expert grande conso) le concept de « distri-ration » qui devrait entraîner des rapprochements d'enseignes et une profonde mutation du secteur.

Décryptage :  Cette convergence de deux univers sera sans nul doute un des éléments marquants des évolutions de la restauration qui seront exposés au SIAL.

Si les concepts proposés peuvent encore paraître hybrides pour l'instant, le potentiel que représente cette nouvelle manière de consommer devrait attirer de nouveaux acteurs et permettre une structuration progressive de ce « business » au croisement de l'histoire de la restauration et de la distribution alimentaire.

On suivra donc avec intérêt les analyses des experts au SIAL sur ces opportunités de développement ainsi que leur benchmark international sur le sujet.

 

Pour exemple de ce mouvement, Pick & Go est le nom d'un nouveau restaurant agenais. C'est un espace de restauration de 300 m² basé sur la vente à emporter, à mi-chemin entre l'épicerie et le restaurant. Cafétéria, supérette, traiteur, restaurant ? On a du mal à classer cette nouvelle adresse qui propose une cuisine de qualité à déguster chez soi, sur place, dans son bureau, seul, entre amis ou collègues, bref, au gré de ses envies.

                              pick

Sources

« Le libre service s’impose à la restauration », Hors série Process, Octobre 2010.

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire mise sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.