La croissance verte : une réalité au-delà des artifices

20/10/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La croissance verte est une réalité qu'il faut estimer à sa juste valeur. Plutôt qu'une nouvelle économie à venir, il s'agit de la mutation de notre modèle économique actuel. Cette mutation et cette croissance sont fragiles et nécessitent un accompagnement fin pour éviter d'engendrer de coûteux effets de surchauffe ou de substitution.

L’effet de surchauffe a été très bien illustré par le cas de la filière photovoltaïque. La mise en place de tarifs incitatifs pour le rachat de l'électricité a permis l'émergence d'une filière photovoltaïque en France. Le succès de ce dispositif, qui a créé un véritable effet d'aubaine pour de nombreuses entreprises, a été tel que les objectifs nationaux de puissance photovoltaïque seront atteints bien avant 2020 si tous les dossiers qui ont été déposés sont bien menés à terme. Forts de cette dynamique engagée, les pouvoirs publics ont pu alors décider la baisse des tarifs de rachat, permettant ainsi au marché de tendre vers son propre rythme de développement et contraignant les entreprises à optimiser leur seuil de rentabilité.

Par ailleurs, l’exemple du bonus-malus automobile est emblématique de la forte sensibilité des consommateurs aux incitations financières de l'Etat. Le produit du malus écologique perçu sur les ventes de véhicules polluants était censé financer le bonus accordé aux véhicules les moins polluants. Or le changement de comportement d'achat des ménages a largement dépassé les prévisions budgétaires, entrainant une charge importante pour l'Etat et nécessitant des réajustements progressifs.

Malgré une conjoncture qui bouscule la pérénnité des entreprises et le pouvoir d'achat des consommateurs, la croissance verte démarre. De multiples analyses montrent que les entreprises vont vers les marchés "verts" er responsables et que le consommateur veut également suivre ces marchés ; que ce soit pour sa santé, son bien-être, par conviction, ou grâce à des subventions ! Pour autant, cette évolution se fait lentement mais sûrement. Comme le montre l'exemple des filières photovoltaïque et automobile, elle est très sensible aux niveaux de prix proposés et nécessite de conjuguer habilement les incitations aux changements de comportements et la création d'une offre compétitive de nouveaux produits et services innovants pour développer l'économie de fonctionnalité.

Ces deux cas montrent qu'un démarrage progressif de la croissance verte évitera les effets d'emballement et permettra aux entreprises de mettre en oeuvre, individuellement ou collectivement, les offres compétitives et rentables attendues par leurs clients.

Sources

Les Echos - mercredi 6 octobre 2010 "Faut-il enterrer l'économie verte ?"
Le Monde - samedi 2 octobre 2010 "La filière photovoltaïque française réclame un cadre plus stable"

Auteur Isabelle Heuzé, CCI Rennes

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

Vente en ligne : poids économique et stratégies des acteurs

Le 10/06/2015

L'Insee a mené une enquête auprès des entreprises de plus de 10 personnes proposant la vente de produits ou de services via Internet. Les résultats montrent à la fois l'importance croissante de cette activité en France et les principales tendances de l'offre proposée par les acteurs de la vente en ligne.