Distribution. Le Libo Club : comment concilier les attentes du PNNS et celles du Grenelle.

21/10/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Depuis fin juin 2010, l'Intermarché de Nice propose à ses clients d'accéder à des fruits et légumes à prix coûtant via le Libo Club. La carte de membre coûte 60€. L'adhérent a accès chaque semaine à des produits à prix « spécial membre ».

Par cette démarche, le distributeur s'inscrit dans la double dynamique nutritionnelle et développement durable : il augmente le nombre d'actes d'achat par des prix attractifs et impulse la consommation de fruits et légumes d'origine française au détriment des produits d'importation.

Décryptage : PNNS, Grenelle de l'environnement... La pression des pouvoirs publics s'accentue.

Côté nutrition, « consommer 5 fruits et légumes par jour » est la recommandation du PNNS la plus connue. Mais si l'on interroge les Français, la majorité s'accorde à dire que le prix des fruits et légumes frais est un frein à leur consommation.

Du côté écocitoyenneté, développement durable et bilan carbone influencent de plus en plus les choix des consommateurs.

La réponse à cette double problématique ? Des produits de saison et des productions locales qui offrent des prix allégés avec un impact environnemental réduit.

La semaine Fraîch'Attitude, chaque année en juin, ou les fruits et légumes frais à moins de 1 € chez Carrefour, ont initié ce type de démarche. L'adhérent Intermarché franchit ici une nouvelle étape. En faisant payer la carte, il cherche à fidéliser une clientèle de plus en plus opportuniste. Mais le consommateur acceptera-t-il de se faire ainsi capturer par une enseigne ?

Sources

"Une carte pour vendre les fruits et légumes à prix coûtant", LSA, 9 septembre 2010

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

"Nous, épiceries anti-gaspi", prochaine ouverture à Rennes !

Le 29/03/2018

Face à l'engouement pour la lutte contre le gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient. Deux entrepreneurs engagés, Vincent Justin et Charles Lottmann, lancent un nouveau circuit de distribution permettant aux fournisseurs de vendre leurs produits déclassés et invendus dans l'enseigne "Nous".

Sans pesticide, sans insecticide, zéro résidu ou sans traitement après récolte... A chacun sa promesse.

Le 15/03/2018

Les pesticides occupent aujourd'hui une large place dans les débats… Encouragées par les considérations des consommateurs toujours plus inquiets et une actualité qui renforce la défiance, les filières ont déjà pris les devants. Pommes de terre, tomates et autres fruits et légumes font le choix de logos impactants pour se différencier en linéaire.