Distribution. Le Libo Club : comment concilier les attentes du PNNS et celles du Grenelle.

21/10/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Depuis fin juin 2010, l'Intermarché de Nice propose à ses clients d'accéder à des fruits et légumes à prix coûtant via le Libo Club. La carte de membre coûte 60€. L'adhérent a accès chaque semaine à des produits à prix « spécial membre ».

Par cette démarche, le distributeur s'inscrit dans la double dynamique nutritionnelle et développement durable : il augmente le nombre d'actes d'achat par des prix attractifs et impulse la consommation de fruits et légumes d'origine française au détriment des produits d'importation.

Décryptage : PNNS, Grenelle de l'environnement... La pression des pouvoirs publics s'accentue.

Côté nutrition, « consommer 5 fruits et légumes par jour » est la recommandation du PNNS la plus connue. Mais si l'on interroge les Français, la majorité s'accorde à dire que le prix des fruits et légumes frais est un frein à leur consommation.

Du côté écocitoyenneté, développement durable et bilan carbone influencent de plus en plus les choix des consommateurs.

La réponse à cette double problématique ? Des produits de saison et des productions locales qui offrent des prix allégés avec un impact environnemental réduit.

La semaine Fraîch'Attitude, chaque année en juin, ou les fruits et légumes frais à moins de 1 € chez Carrefour, ont initié ce type de démarche. L'adhérent Intermarché franchit ici une nouvelle étape. En faisant payer la carte, il cherche à fidéliser une clientèle de plus en plus opportuniste. Mais le consommateur acceptera-t-il de se faire ainsi capturer par une enseigne ?

Sources

"Une carte pour vendre les fruits et légumes à prix coûtant", LSA, 9 septembre 2010

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...