Distribution. Le Libo Club : comment concilier les attentes du PNNS et celles du Grenelle.

21/10/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Depuis fin juin 2010, l'Intermarché de Nice propose à ses clients d'accéder à des fruits et légumes à prix coûtant via le Libo Club. La carte de membre coûte 60€. L'adhérent a accès chaque semaine à des produits à prix « spécial membre ».

Par cette démarche, le distributeur s'inscrit dans la double dynamique nutritionnelle et développement durable : il augmente le nombre d'actes d'achat par des prix attractifs et impulse la consommation de fruits et légumes d'origine française au détriment des produits d'importation.

Décryptage : PNNS, Grenelle de l'environnement... La pression des pouvoirs publics s'accentue.

Côté nutrition, « consommer 5 fruits et légumes par jour » est la recommandation du PNNS la plus connue. Mais si l'on interroge les Français, la majorité s'accorde à dire que le prix des fruits et légumes frais est un frein à leur consommation.

Du côté écocitoyenneté, développement durable et bilan carbone influencent de plus en plus les choix des consommateurs.

La réponse à cette double problématique ? Des produits de saison et des productions locales qui offrent des prix allégés avec un impact environnemental réduit.

La semaine Fraîch'Attitude, chaque année en juin, ou les fruits et légumes frais à moins de 1 € chez Carrefour, ont initié ce type de démarche. L'adhérent Intermarché franchit ici une nouvelle étape. En faisant payer la carte, il cherche à fidéliser une clientèle de plus en plus opportuniste. Mais le consommateur acceptera-t-il de se faire ainsi capturer par une enseigne ?

Sources

"Une carte pour vendre les fruits et légumes à prix coûtant", LSA, 9 septembre 2010

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...