Le smartphone, l’avenir de l’assistance aux personnes âgées ?

29/09/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le marché des smartphones à usage professionnel ou grand public est en forte croissance, et s’appuie notamment sur des plateformes logicielles standard (Androïd…), qui proposent de nombreuses fonctionnalités.

Cet essor peut être l’opportunité de concevoir à faible coût des solutions d’assistance de personnes âgées, sur la base de plateformes de smartphones grand public.

C’est le choix qu’a fait notamment la société AlyaCom, qui propose une solution de téléassistance géolocalisée basée sur un smartphone grand public (plateforme Androïd) ou un terminal GSM simplifié. L’entreprise prévoit également d’intégrer des fonctions de biométrie.

De même, la société Secufone lance le logiciel Phoenix pour smartphones, et e-medicis propose la solution Témo.

Dans le domaine médical, le groupe pharmaceutique Aventis et son partenaire AgaMatrix développent un module d’auto-mesure de glycémie dans le sang, qui se présente sous la forme d’un accessoire pour iPhone, dénommé BGStar. Le smartphone d’Apple est alors utilisé pour visualiser et transmettre les résultats. Ce concept de « diagnostic embarqué » pourrait être développé pour certaines pathologies courantes chez les personnes âgées.

Ces solutions à base de smartphones vont se développer à court ou moyen terme. En effet, les produits grand public intègrent en standard des fonctionnalités telles que la transmission de données, la visioconférence, la localisation GPS, des détecteurs de mouvement… qui peuvent être utilisées pour des services de téléassistance (transmettre des alertes géolocalisées, et intégrer des données dans le Système d’Information de l’opérateur de téléassistance), de suivi médical, de rappel de tâches… De plus, l’interface programmable des smartphones peut être exploitée par l’opérateur ou des proches pour, à distance, paramétrer les numéros préenregistrés, le rappel des tâches, régler l’interface utilisateur en fonction de la personne et des usages…

Ces smartphones constituent donc une base de développement (hard et soft) puissante, ouverte et à relativement faible coût car conçue pour le grand public.

En revanche, leur interface utilisateur doit souvent être adaptée au type de seniors visés, pour répondre aux contraintes spécifiques d’ergonomie et de sécurité. Par exemple, le mode de déverrouillage des smartphones standard est souvent trop complexe pour déclencher une alarme en situation d’urgence, et doit être adapté pour cette application. Dans ce domaine de l’ergonomie (avec ou sans écran tactile), il reste beaucoup de choses à inventer et tester.

A plus court terme, l’opportunité des smartphones pour l’assistance aux seniors sera surtout d’équiper les intervenants à domicile pour gagner en efficacité. Voir par exemple la solution proposée par la société Prylos.

A lire également

Wearable technologies : applications en santé

Wearable technology : Une tendance, et de plus en plus d'applications en santé

Le 30/09/2013

Alors que les annonces de mise sur le marché de montres connectées battent leur plein sur le secteur high-tech, c'est en réalité un nouveau segment de marché qui fait son apparition : les "wearable technology", ou encore la "technologie portée sur soi". Un marché qui devrait peser plus de 10 milliards de dollars en 2016.

Bilan projets TecSan de l'ANR

Technologies pour la Santé et l’Autonomie : Bilan des projets TecSan 2009-2013

Le 30/08/2013

Le programme TecSAN soutient depuis 2009 des projets de recherche collaborative sur des technologies pour l'autonomie ou la santé. Le bilan des projets menés permet de percevoir les défis et les progrès technologiques réalisés dans ces domaines.

Quand le corps communique avec un smartphone

Le 29/08/2013

Motorola collabore avec plusieurs start-ups américaines sur des solutions d’authentification qui pourraient demain remplacer les mots de passe. Ces dispositifs innovants offrent également des perspectives dans la m-santé.