La Mobilité des séniors : étude du GART (Groupement des Autorités Responsables des Transports)

12/10/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le 17 septembre 2010, le GART organisait dans le cadre des Assises de la mobilité de Cap l’Orient un colloque sur la Mobilité des Séniors au Palais des Congrès de Lorient. A cette occasion était présentée l'étude du GART réalisée par Sandrine GARNIER sur la mobilité des séniors.

Cette étude tente de démontrer la nécessaire émergence de produits et services adaptés aux nouveaux besoins de mobilité des séniors dont les degrés de dépendances peuvent être très variables. De tels produits et services doivent permettre aux séniors d'avoir accès le plus longtemps possible à l'extérieur, cet accès étant le garant de la préservation de la vie sociale de la personne. Pour ce faire, l'exemple du Japon, qui devance largement l'Europe sur le vieillissement de sa population pourrait être un de ceux à suivre. En matière d'automobile notamment, au Japon, certains constructeurs comme Suzuki, Mitsubishi ou encore Toyota propose déjà depuis plusieurs années des véhicules conçus spécifiquement pour cette population. 

 

Vous trouverez ci-après le résumé de l'étude ainsi qu'un lien pour accéder à la version complète au format PDF.

Résumé de l'étude

Les générations du baby-boom arrivent à l'âge de la retraite. Ce phénomène, lié à l'allongement de l'espérance de vie, conduit au vieillissement de la population. Faut-il s'en réjouir ou s'en alarmer? Les deux, sans doute, selon que l'on s'intéresse au financement des retraites ou à la manne économique qu'apportent avec eux les seniors aisés dans les régions qu'ils affectionnent. L'erreur serait en tout cas de ne pas tenir compte du phénomène, ou de le considérer comme un aspect mineur de l'évolution de notre société. A l'heure où la crise - ou plutôt les multiples facettes de la crise - concentre toutes les attentions, le vieillissement pourrait devenir un "non-sujet", traité au mieux par le biais du financement de la dépendance ou du marché des sonotones. Pourtant, les besoins des aînés et leur mobilité influenceront l'organisation des activités économiques et sociales: système de soins, adaptation des logements, rythmes de vie, services publics... Il est indispensable de se poser aujourd'hui les bonnes questions, de réfléchir aux solutions les mieux adaptées et les plus équitables.

Les premières classes d'âge du babyboom ont connu et accompagné les bouleversements majeurs de notre pays, depuis l'après-guerre: développement de la société de consommation, civilisation de l'automobile, travail féminin, périurbanisation, mais aussi mondialisation, crises économiques, désindustrialisation, automatisation, chômage...

Pour ces générations, l'avancée en âge n'implique plus forcément le repli sur soi, le renoncement aux plaisirs de la vie, le rétrécissement en attendant la fin. Cela ne signifie pas pour autant que les seniors soient égoïstes, décidés à profiter jusqu'au bout. Au contraire, ils sont souvent très conscients des excès d'une société qu'ils ont vu évoluer, et portent un regard lucide sur leur mode de vie. C'est le privilège de l'âge, de l'expérience. Dans ce contexte, la problématique des déplacements renvoie à trois axes majeurs :

  • favoriser une utilisation maîtrisée de l'automobile et, le cas échéant, une transition vers d'autres types de transports mieux adaptés à leurs besoins ;
  • permettre à tous, valides ou moins valides, la possibilité de se déplacer librement le plus longtemps possible, à un coût acceptable pour l'individu comme pour la société ;
  • garantir la sécurité des piétons âgés en leur assurant des cheminements aisés et confortables. 
Sur ces questions, les collectivités territoriales sont en première ligne. Communes et intercommunalités pour l'action sociale, départements pour l'action sanitaire et sociale, régions dans l'organisation du système de soins et acteur majeur des politiques territoriales. Être retraité ne constitue pas une identité sociale, et le mode de vie d'un couple de sexagénaires en pleine forme n'a rien à voir avec celui d'une femme seule de 92 ans. Il est indispensable de garder à l'esprit la diversité des besoins et des profils, afin d'éviter de traiter les aînés comme une «minorité visible » ou du seul point de vue de la dépendance, qui ne touche aujourd'hui qu'un quart des plus de 85 ans. Cette prise en compte des besoins est nécessaire au niveau de l'offre de transport, autant du point de vue de l'organisation des services que de leur nature. Répondre à la demande des seniors, c'est rendre le transport plus accessible et plus attractif. C'est aussi élaborer des réponses adaptées aux contextes exigeants que sont les zones rurales ou périurbaines. Aujourd'hui, les transporteurs considèrent encore la clientèle âgée comme une catégorie captive. Pourtant les premiers signes d'un changement des comportements sont déjà perceptibles : baisse du nombre de cartes Senior à la SNCF, recul de 10% de la fréquentation des plus de 60 ans à la RATP. L'effet tramway (qui fait que sur certains réseaux, les meilleurs clients des trams sont les retraités, lesquels voyagent souvent à tarif réduit !) ne doit pas cacher la forêt des automobilistes invétérés. Il est naturel de préférer le tram, sûr, régulier et confortable, à un bus que l'on attend toujours trop longtemps, et où l'on craint les secousses au démarrage et au freinage. Il est encore plus naturel de préférer sa voiture, que l'on n'attend jamais et qui constitue le moyen de déplacement souvent le plus commode et le plus sécurisant pour les personnes âgées.

L'arrêt de la conduite automobile est trop souvent synonyme de mort sociale pour les personnes âgées. Il est important d'anticiper ce moment, et de leur permettre d'accéder aisément à d'autres modes de déplacement. Le recours aux transports collectifs ne peut se faire sans un minimum de préparation. Le transport accompagné, aujourd'hui assuré par les professionnels des services à la personne, connaît un développement continu. Quant aux cheminements piétons, il est indispensable de les sécuriser, en améliorant notablement la qualité d'usage des espaces publics. Ces questions ne touchent pas uniquement l'organisation des transports publics, mais elles concernent les services publics dans leur ensemble, et de manière transversale.

Penser à la mobilité des seniors et à leur place dans la collectivité suppose de passer d'une logique industrielle à une logique de services, d'envisager de nouvelles formes d'organisation de ces services, en co-production par exemple entre les services municipaux la population d'un quartier et une entreprise ou une association délégataire.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.