Mobilité : Rennes est la première ville française à proposer en accès libre ses données publiques

17/09/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Dès mars 2010, la ville de Rennes, via la société Kéolis, a rendu disponible les données concernant son réseau de vélos STAR. Il est donc intéressant de constater que c’est le domaine de la mobilité urbaine qui a bénéficié de la première ouverture.
Cette mise à disposition des données brutes publiques se fera par étapes. Leur exploitation peut permettre la mise en place de nouveaux services en matière de géolocalisation. Ainsi toute personne qui souhaite développer une nouvelle application peut librement avoir accès à :

  • La disponibilité des vélos
  • La disponibilité des bornes
  • Les possibilités de paiement….

Au début de l’été, c’est la base de données issue du guide « vivre à Rennes » qui a été également rendu accessible, en particulier : La géolocalisation de 1 600 adresses de services publics, associations ainsi que leur horaires d’ouvertures.

Mais la priorité de Rennes Métropole à travers cette démarche est bien de rendre plus fluide les possibilités de mobilité au sein de son agglomération, et les premières données du réseau Star (service bus et metro de Rennes Métropôle) vont rapidement être disponibles également (position et disponibilité des parcs relais, alertes des perturbations, horaires théoriques…).

Pour créer une véritable dynamique, avant d’aller plus loin dans la mise à disposition de ces données publiques, la ville de Rennes a prévu d’organiser un concours destiné à développer de nouvelles applications innovantes autour de ces données. Il devrait être lancé cet automne pour des résultats attendus au printemps 2011.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.