Véhicules électriques : L’Espagne mise sur le développement de plusieurs pôles industriels.

17/09/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’Espagne, qui lors de sa présidence européenne du premier semestre 2010, avait mis dans ses priorités le soutien à la filière automobile, vient d’annoncer 2 projets d’implantation de nouvelles usines de constructeurs étrangers sur son sol. D’une part, le possible investissement du constructeur chinois Chery en Catalogne pour assembler des véhicules dont des modèles électriques. D’autre part, le premier ministre M. Zapatero semble convaincu que Mitsubishi va choisir Vigo pour installer sa nouvelle usine de fabrication de composants dédiés aux véhicules électriques, plutôt que l’Autriche.

Dans ce même registre nous avons déjà relayé le grand nombre d’accords signés entre le consortium Renault-Nissan et des villes espagnoles pour développer le véhicule électrique : Barcelone, Séville, Valladolid, Madrid ; actuellement en France, seul les Yvelines ont signés un partenariat avec Renault. Il est également prévu que Renault investisse dans le parc technologique d‘Andalousie pour créer un centre d’essai dédié au véhicule électrique.

Rappelons que le gouvernement espagnol vise un objectif de 250 000 véhicules rechargeables sur les routes en 2014 et a prévu une des aides les plus incitatives d’Europe avec une prime de l'état de 7 000€/véhicule acheté.

Début 2009, lors de la mise en place de l’inter-groupe européen sur la crise automobile, sous l’impulsion de Jean-Yves Le Drian, nous avions pu constater que 3 régions espagnoles s’étaient fortement mobilisées pour leur filière automobile :

  • La catalogne qui a accompagnée les industriels dans l’amélioration de leurs performances et la ré-orientation des sous-traitants vers de nouveaux marchés,
  • Le Pays-Basque
  • La Castille dans le développement d’une voiture électrique régionale.

A l'aube de l'émergence de ce nouveau marché de la mobilité décarbonée, la mobilisation des collectivités espagnoles pour développer le véhicule électrique semble porter ses fruits. Même si pour l’instant, il s’agit d’annonces ou de lettres d’intention, l’Etat et les régions concernées ne ménagent pas leurs efforts pour soutenir la filière automobile, et de nombreux constructeurs pourraient poursuivre leurs investissements sur le sol ibérique : Renault, PSA, Opel, Mitsubishi, mais également des constructeurs chinois avec qui il faudra compter dans le domaine du véhicule électrique.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.