La nouvelle stratégie des équipementiers dans les marchés émergents

17/09/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après la crise mondiale, la reprise de la croissance dans les pays émergents va encore accélérer la concentration de la filière automobile autour d'acteurs d'envergure internationale.  

Priorité aux marchés en développement 

Avec la cure d'amaigrissement dans les sites « occidentaux » pour s'adapter à la baisse du marché, les grands équipementiers ont cherché à abaisser leur point mort1 pour adapter leur dispositif industriel à la baisse du marché automobile européen et gagner en flexibilité. Cela s'est en particulier traduit par des réduction  d'effectifs et fermetures de sites de production. Avec un marché Européen atone, ils concentrent maintenant leur stratégie de développement sur les marchés dit émergents qui représentent 80% de la reprise actuelle de la croissance mondiale du marché automobile (source Eurler Hermes juin 2010). Avec 20% de la population mondiale et 4 % de taux d'équipement (82% aux Etats Unis), toutes les prévisions tablent sur une croissance annuelle du marché automobile chinois de l'ordre de 10%. La Chine restera le principal moteur de la croissance automobile mondiale.

Du marquage des constructeurs européens à l'offensive 

Jusqu'à présent les équipementiers ont déployé des stratégies de développement dans ces pays en y accompagnant leurs clients constructeurs. Les implantations de Volkswagen, Audi, BMW ou PSA en Chine ont ainsi pu être réalisées grâce à la capacité des plus gros équipementiers à les suivre dans cette aventure. Dans un premier temps en implantant des sites de production à proximité des usines des constructeurs puis des centres de R&D pour accompagner les développement de véhicules spécifiques à ces pays. Les grands équipementiers ont dans le même temps encore renforcés leurs actifs technologiques et leur capacité à fournir des modules complets. Ils représentent ainsi un vrai savoir faire pour les constructeurs locaux chinois en recherche de solutions pour répondre à la croissance exponentielle de leur marché national et rattraper les standards qualité de leurs concurrents.

Les équipementiers occidentaux vont aborder une autre phase de leur développement dans ces pays en nouant des partenariats directement avec les équipementiers locaux. L'exemple des récentes prises de participation de Faurecia au sein d'entreprises chinoises est un exemple de cette tendance.

L'exemple de Faurecia 

Faurecia a réalisé en 2009 76 % de son activité en Europe et 7% en Chine, mais cette dernière a progressé de 26%. En cohérence avec son objectif stratégique d'accélérer sa croissance en Asie, Faurecia vient de prendre une participation de 18,75 % dans le capital de Xuyang Group. Xuyang Group est un des principaux fournisseurs de FAW, premier constructeur automobile Chinois. 3 Joint Venture spécialisées sur 3 des métiers de Faurecia ont été ainsi créées (sièges, systèmes d'intérieur et revêtements intérieurs). Faurecia a également récemment conclu un partenariat avec le constructeur Geely et Limin via une nouvelle Joint Venture et projette la construction de 5 usines pour les besoins de Geely. Celui-ci affiche de grandes ambition et prévoit de fabriquer 2 millions de véhicules en 2015. En parallèle, Faurecia qui dispose de 2 centres R&D en Chine et plus de 300 ingénieurs envisage d'ouvrir rapidement un autre centre en portant à 600 le nombre d'ingénieurs sur place. 

Avec cette stratégie, l'équipementier vise un chiffre d'affaires de 1,7 milliards d'euros d'ici quatre ans, soit quasiment une multiplication par 2,5 par rapport au niveau de 2009.

1 Faurecia annonce dans son rapport annuel une baisse de 18 % de son point mort.

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Dossier InOut 2018 - le meilleur des mobilités numériques

Le 02/06/2017

Rennes Métropole organise en 2018 un événement économique international qui rassemblera les professionnels du numérique et de la mobilité, et les usagers. Tous vivront l’expérience inédite d’inventer et de tester les mobilités de demain. Nous avons décidé de vous partager dans ce dossier permanent les éléments marquant de InOut 2018.