Marché automobile européen : Après l'euphorie, le second semestre sera celui du contre coup

30/08/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après une augmentation massive du volume des ventes et le retour aux bénéfices pour la plupart des constructeurs européens au cours du premier semestre 2010, le marché européen est depuis trois mois consécutifs de nouveau sur une mauvaise pente. Après un repli limité en juin, le recul s'est accentué au mois de juillet avec -9,3% en France, -24,1% en Espagne et -28% en Allemagne.

L'ensemble de ces résultats, considérés comme positifs au 1er semestre, s'explique d'une part, par un effet de comparaison favorable entre le premier semestre 2009, catastrophique, et celui de cette année. D'autre part, la réduction progressive ou l'arrêt en fonction des pays européens des mesures de soutien (prime à la casse pour l'essentiel) en faveur des véhicules neufs a provoqué un effet d'anticipation sur les achats et annonce de ce fait un second semestre beaucoup moins glorieux.

Concernant cette fin d'année, la plupart des analystes tablent donc sur une baisse annuelle du marché européen de l'ordre de 9%. Compte tenu de la forte hausse des ventes enregistrée au premier semestre, les mois à venir seront donc ceux du contre coup.

Ces données sont à mettre en relation avec les récentes prévisions du BIPE que nous relayions dans un précédent article et qui annonçaient l'année 2010 comme celle de l'entrée dans une longue période de convalescence pour le marché automobile européen.

Face à ce contexte européen morose, la stratégie des constructeurs sera celle du grand export afin de renforcer leurs positions dans la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) qui tire la croissance mondiale automobile. Déjà en cours de déploiement cette stratégie se traduit chez PSA par un objectif revendiqué de vendre 50% de ses véhicules dans les marchés à forte croissance (BRIC) d’ici 2015 contre 34% en 2009. Volkswagen, qui a vu de son côté ses ventes en Chine progresser de 45,7% sur le premier semestre 2010, a d’ores et déjà annoncé sa volonté de doubler sa capacité de production d’ici 2013/2014 sur le territoire chinois.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.