TEEB for business : quand biodiversité rime avec rentabilité

20/08/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L'étude du TEEB (The Economics of Ecosystems and Biodiversity) "TEEB for business" fera partie du rapport de synthèse sur l'économie des écosystèmes et de la biodiversité qui sera lancé à l'occasion de la réunion de la convention sur la biodiversité biologique de Nagoya, en octobre 2010.

Cette étude montre que les dirigeants qui intègrent la gestion durable de la biodiversité dans leurs projets d'entreprise y trouvent de nombreux bénéfices.

L'étude recommande 7 séries de mesures destinées à aider les entreprises à réduire les risques que leurs activités comportent sur la biodiversité, et à exploiter les perspectives liées aux services rendus par les écosystèmes.

Elle appelle à l'élaboration de nouveaux outils comptables et d'évaluation qui permettent d'évaluer les impacts positifs et négatifs sur la biodiversité.

Des groupes sont cités pour leurs démarches en faveur "d'un impact positif net" sur la biodiversité.

Wal-mart, Coca-cola ou Rio-Tinto (géant minier anglo-australien) sont cités pour les démarches engagées en faveur d'un "impact positif net" sur la biodiversité.Coca-cola s'est fixé comme objectif de devenir neutre pour l'eau en 2020, d'assurer la protection de ses zones de captage, de mettre en place des procédures de recyclage.Wal-mart équipe progressivement ses centres commerciaux de toits photovoltaïques, et elle s'est fixée à terme l'objectif de ne consommer que des énergies renouvelables.

Rio Tinto a commencé à compenser son impact sur la biodiversité à Madagascar, en Australie et en Amérique du Nord, et s'est dotée d'experts pour procéder à des estimations de la valeur biodiversité de ces concessions.

Des arguments chiffrés sont également mis en avant :

  • Une forte croissance dans le secteur des produits et des services porteurs d'un label écologique ( pour les produits agricoles certifiés : un marché de 40 milliards de dollars en 2008, estimé à 210 milliards en 2020, et 900 milliards en 2050).
  • L'intérêt croissant des consommateurs à l'égard des produits durables, et de l'appauvrissement de la biodiversité (60% des personnes interrogées en Amérique et en Europe, et plus de 90% au Brésil).
  •  L'appauvrissement de la biodiversité perçu comme une menace pour la croissance économique pour 50% des chefs d'entreprises en Amérique Latine et 45% en Afrique, même si leurs homologues d'Europe de l'Ouest ne l'estiment qu'à moins de 20%.

L'étude démontre que la prise de conscience par ces sociétés permet d'apporter une forte valeur ajoutée à leur entreprise, d'assurer la viabilité des chaînes d'approvisionnement, de diminuer le coût des intrants par l'amélioration de l'efficacité de leur utilisation, de mettre au point des techniques à faible incidence sur l'environnement, de donner naissance à de nouveaux produits, de créer, et/ou de pénétrer de nouveaux marchés, d'attirer de nouveaux consommateurs.

Lors de la publication du "TEEB for business" le 13 juillet, le secrétaire général adjoint des Nations Unies et directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, a déclaré "la façon dont les entreprises prendront en compte ces risques, réalités, et opportunités déterminera leur rentabilité, leur image sur le marché et leur modèle de développement".

A lire également

En quoi le capital naturel est-il une composante avérée de la stratégie des entreprises ?

Le 18/10/2013

Les entreprises interagissent au quotidien avec le capital naturel, que ce soit en amont de la chaîne de valeur, avec les fournisseurs ou en aval avec leurs clients. Comment prendre en compte ce capital dans la stratégie de l'entreprise ?

Comment les activités de tourisme et de loisirs intègrent-elles la biodiversité dans leur stratégie ?

Le 17/10/2013

Le projet IDDIL est né de cette préoccupation d'intégration de la biodiversité dans la stratégie des entreprises et le golf de la Freslionnière nous montre comment il a pensé cette intégration dans son fonctionnement au quotidien.
Témoignages à suivre

Comment la biodiversité fait partie du coeur de métier de Goëmar

Le 17/10/2013

L'activité d'une entreprise comme Goëmar est au coeur du renforcement des services écosystémiques.