Services à la personne : en toute franchise

21/07/2010 (modifié le 21 juil. 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Ces dernières années, le nombre de franchises et de franchisés a explosé dans le secteur des services à la personne avec plus ou moins de succès.

Toutes les franchises n'offrant pas les mêmes garanties ni les mêmes services, les franchisés potentiels doivent prendre le temps de s'assurer de la réelle valeur ajoutée, d'analyser et de comparer les contrats proposés avant de se lancer.

Ce qui est vrai dans la majorité des secteurs de la franchise, l'est encore plus dans les services à la personne. En effet, la très faible marge dégagée et la fragilité des modèles économiques en vigueur dans ce secteur d'activité imposent de suivre quelques règles de prudence.

Prudence et vigilance

Premier point, il est indispensable de se faire préciser la composition exacte de l'investissement prévu par le franchiseur (offre de formation, mise à disposition d'outils de gestion...). Sachez que le droit d'entrée des franchises est généralement compris entre 5 000 € et 40 000 €.

Dans un second temps, il s'agit de vérifier la rentabilité des unités pilotes en rencontrant des franchisés qui se trouvent dans des conditions comparables à celles de votre projet.

Plusieurs questions doivent être posées : le maillage du territoire assure-t-il un potentiel à chaque franchisé ? La redevance fixée n'est-elle pas trop forte au regard de la marge dégagée ?

Enfin, le franchiseur doit détenir un savoir-faire "original et secret" qui doit apporter au franchisé un avantage concurrentiel certain. Ce savoir-faire doit avoir fait la preuve de son efficacité dans le cadre d'une exploitation antérieure. Ce qui veut clairement dire que l'on ne devrait pas voir d'entreprise créer une structure et dans la foulée mettre en place un réseau. Sans le recul nécessaire, comment savoir si le concept est duplicable et viable sans faire prendre de risque aux franchisés ?

Travail d'équipe - Intérêts communs

Les candidats à la franchise et leur franchiseur doivent se choisir mutuellement sur des bases contractuelles rigoureuses et solides. Il en va de la pérennité de chacun, qu'un franchisé dépose le bilan ou qu'il soit en procès avec son franchiseur et c'est le réseau entier qui souffre de cette image.

N'hésitez pas à prendre conseils auprès d'experts juridiques et ou de la Fédération Française de la Franchise.

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?