Mitsubishi annonce une baisse de 30 % d'ici 2011 de sa « tout électrique » i-Miev

09/07/2010 (modifié le 9 juil. 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

 

Le véhicule électrique ne pourra s'imposer qu'avec des prix compétitifs par rapport aux véhicules thermiques.Il y a concensus sur ce point. Commercialisé au tarif de 34 000 euros au Japon, la I-Miev de Mitshubishi illustre ce décalage de prix et la difficulté à imaginer les modèles économiques capables de rendre viable le véhicule électrique. En quelques mois les décisions d'investissements des acteurs de la filière dans le véhicule électrique ont néanmoins été considérables et on peut attendre de l'augmentation de la production des effets d'échelle permettant de baisser les coûts.

C'est chose faite puisque Mitsubishi annonce qu'il devrait pouvoir baisser le prix de sa voiture électrique d'ici à peine 2 ans. La baisse est substantielle, le constructeur annoncant une baisse de 30% d'ici 2012.

De 34 000 euros actuellement, Mitsubishi vise un objectif d'environ 20 000 euros pour sa voiture électrique, ce qui permettra de la positionner à un tarif proche des modèles hybrides actuels de Toyota ou Honda qui rencontrent un vif succès au Japon. Pour y parvenir, la marque japonaise annonce réduire significativement le prix des batteries qui représente aujourd'hui plus de la moitié du prix de la voiture. A l'image de Renault, Mitsubishi va investir dans une nouvelle usine de production de batteries capable de produire 70 000 unités/an dont le démarrage est prévu pour avril 2012. Résultat, le constructeur compte réduire le prix de revient de la batterie à moins d'un million de yens pour un prix actuel à 2,5 millions de yens, principale source de réduction de la future i-Miev.

Renault n'a pas encore annoncé le prix de ses futurs véhicules mais prévoit des volumes importants dès 2012 à hauteur de 200 000 voitures, puis rapidement 500 000/an, volumes susceptibles de permettre ces économies d'échelle et de proposer un véhicule à un prix compétitif.

L'annonce de Mitsubishi constitue sans doute une bonne nouvelle pour PSA et les futurs acquéreurs de la Citroën C-Zero et de la Peugeot Ion (toutes deux dérivées de la i-Miev) qui pourraient dans un futur proche bénéficier de cette réduction de prix.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.