IAA. Les paniers de légumes passent des circuits courts à la GMS.

01/07/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Représentatifs de tendances actuelles  comme la naturalité, la saisonnalité, la fraîcheur ou l'authentique, les paniers se développent et séduisent les consommateurs.

Jusqu'alors réservés aux circuits courts et particulièrement aux AMAP, ils investissent désormais les linéaires. Après les petits producteurs, ce sont de plus grandes marques (Prince de Bretagne, Priméales, Le Petit Producteur) qui proposent des paniers avec différents colisages, différentes compositions, voire des versions bio.

Si les produits plaisent aux consommateurs, la concrétisation en résultats chiffrés probants se fait encore attendre.

 Panier 1                Panier 2

Décryptage : Face à l'observation du développement des circuits courts, la grande distribution réagit et démontre sa capacité à se réapproprier les concepts innovants.

Symbole d'une agriculture raisonnée, respectueuse des saisons et du producteur, l'offre de paniers variés trouvera-t-elle sa place dans un mode de distribution souvent stigmatisé pour entretenir des relations commerciales inégales et tendues avec ses fournisseurs ?

On observe une évolution de la notion de « commerce équitable » - c'est-à-dire le respect du producteur et la juste rémunération de son travail - d'un axe Nord/Sud vers un axe Nord/Nord interne aux pays riches et développés.

L'achat d'un panier via une AMAP est un acte engagé en soutien de ces valeurs. L'acheteur  en GMS connotera-t-il le panier de légumes de la sorte ou y accordera-t-il simplement un intérêt pour un produit bon et sain ?

 

 

Sources

« Les paniers marquent des points », Linéaires, Juin 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...