Véhicules électriques: le député Gérard Voisin présente un rapport et demande l'aide de l'Etat

02/07/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Dans un rapport parlementaire présenté le 23 juin 2010 devant la Commission des affaires européennes de l'Assemblée Nationale, le député de Saône-et-Loire Gérard Voisin estime que le véhicule électrique connaît "une montée en puissance" et que son arrivée "en masse est imminente". Ainsi, il estime que d'ici 10 ans, ce serait 1 million de véhicules électriques qui pourraient circuler en France.

Mais il affirme que son déploiement n'est possible sans un soutien de l'Etat et de l'Europe et que différentes mesures doivent donc être prises:

  • permettre aux particuliers de pouvoir recharger leur voiture sans installation supplémentaire, et qu'ils puissent bénéficier des tarifs en heure creuse. Dans ce rapport est d'ailleurs pris pour exemple les essais qui ont été réalisés à Berlin, et il estime que 95% des recharges devraient être réalisées au domicile des particuliers en mode lent. En insistant sur le fait que l'on puisse raccorder son véhicule sur les prises "ordinaires", le député veut montrer que l'utilisation du véhicule électrique doit être simple et peu coûteuse. Par ailleurs, en favorisant la recharge à domicile, l'installation de bornes de recharge rapide dans les lieux publics pourrait être limité dans un premier temps et les coûts des collectivités locales à fortiori contenues.
  • favoriser les actions communes des différents pays de l'UE en coordonnant les politiques de soutien nationales. A ce titre, le député Gérard Voisin juge l'action de l'UE jusque là "décevante".

De plus, le député prend un certain nombre de position car il pense que le véhicule électrique "[...]est une vraie révolution, [et qu']on va sortir du véhicule gadget et aller vers des berlines quatre-cinq places".

Dans son rapport, Gérard Voisin a également répondu aux "détracteurs" des voitures vertes qui expriment leur opposition au déploiement de véhicules qui pourrait poser des problèmes de saturation de réseaux électriques : "En outre, l'électricité produite la nuit est en partie perdue, faute de capacité de stockage, son utilisation par les véhicules électriques éviterait ce gaspillage ».

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.