Nouvelle chaine de valeur pour le véhicule électrique ?

09/07/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La chaine de valeur automobile s'est organisée autour de la décomposition du véhicule en quelques grands modules. Ces sous parties complètes de la voiture prêtes à être assemblées sont co-conçues et produites par un nombre désormais restreints de "fournisseurs stratégiques". 75 % de la valeur d'une automobile est ainsi sous traité à ces équipementiers, le rôle du constructeurs s'étant recentré sur des activités jugées stratégiques comme l'assemblage et le contrôle de la qualité finale, la conception et la fabrication de modules clés comme la chaine de traction ou les liaisons au sol et bien sur la conception globale de l'automobile.

La maîtrise de la chaine de traction constitue aujourd'hui un des cœurs de métier des constructeurs automobiles. C'est un élément majeur de différentiation concurrentielle et pour certains une source de revenu non négligeable par la vente des moteurs thermiques à d'autres constructeurs. Les normes Euro imposant des performances sur les émissions de polluants ont renforcé cette nécessité de maîtriser ce chainon essentiel pour pouvoir commercialiser des véhicules.

Le développement de la voiture électrique amène la question d'une nouvelle répartition de cette chaine de valeur. Dans l'hypothèse d'une chaine de traction électrique entièrement sous-traitée, la part de la valeur du constructeur passerait de 25% à 10% et celui-ci dépendrait de tiers pour des composants jugés stratégiques. On imagine assez peu les constructeurs accepter une telle dépendance. La stratégie de l'alliance Renault-Nissan tend à confirmer cette position : Le groupe a en effet décidé de produire ses propres batteries dans le cadre d'un partenariat avec le CEA et Patrick Pelata, directeur général de Renault a récemment indiqué qu'il n'excluait pas d'internaliser la production de moteurs électriques s'il ne trouvait pas d'entreprises capable de fabriquer des grandes séries.

De son coté BMW qui commercialise la Mini Electrique a annoncé que la future citadine électrique Megacity prévue pour 2013, en quelque sorte deuxième génération de véhicule électrique, intégrera un système de propulsion développé en interne, incluant le moteur électrique,la transmission, l'électronique et la batterie. Le partenariat technique engagé avec SB LiMotive, coentreprise fondée par Bosch et Samsung est néanmoins confirmé pour la fourniture des cellules de la future batterie qui devrait être assemblée par BMW dans son usine de Leipzig qui fabriquera la Megacity.

La tendance est assurement au développements en interne de ces technologies du futur, mais ceux ci se feront dans le cadre d'alliance ou de coentreprises afin de bénéficier des expertises des acteurs existants et de répondre à l'accélération du marché du véhicule électrique.

 

 

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.