IAA : Oublié l'aspartame, place à la Stevia ?

23/06/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après Coca Cola (sur Fanta Still) et la version « verte » de Breizh Cola, Danone ose la Stevia mais cette fois sur un produit bestseller. Le yaourt Taillefine est en partie sucré par du rébaudioside A,  édulcorant 100% naturel, et non de l'aspartame, édulcorant de synthèse.

Autorisé en France depuis le 6 septembre 2009, la Stevia présente quelques écueils  qui freinent probablement son déferlement dans nos supermarchés : léger goût de réglisse, gênant par rapport aux standards français du goût, et coût plus élevé que les édulcorants synthétiques. D'ailleurs, les Taillefine à l'extrait de Stévia contiennent encore 2,5% de sucre de canne (contre 8 à 12% pour des yaourts aux fruits non allégés) ; ils seront cependant vendus à un prix équivalent aux autres produits de la même gamme.

Décryptage : Aujourd'hui plus de 6 000 produits contiennent de l'édulcorant... Dans le Monde, 62 000 tonnes d'édulcorants sont consommés par an (10 000 tonnes pour l'Europe).

L'aspartame est l'un des plus connus... et des plus décriés. À cause de sa mauvaise presse, les entreprises cherchent à le remplacer.

Le sucralose (commercialisé sous la marque Splenda), apparu en 2003, devait révolutionner le marché des édulcorants. Mais il ne plafonne qu'à 40% du marché, en 2008, aux USA. Ce succédané de sucre (qui contient du chlore) n'est pas censé être absorbé par l'organisme et pourtant il semble l'être en partie. C'est donc reparti pour un tour...

Le tour du Reb A... La stévia revendique son origine naturelle, raconte une histoire quant à son origine, la façon dont elle est fabriquée, rassure quant à son innocuité. Végétal, sûr, connu, peu transformé, proche de la nature, le produit répond donc en grande partie aux critères du « bon pour moi », tel que le perçoit le consommateur version 2010.

Mais le plaisir... Ne reste-t-il pas le premier facteur conditionnant le ré-achat ?

Aux chercheurs de proposer des solutions pour amoindrir cet arrière goût de réglisse, à l'instar de Wild qui a appliqué sa « Taste Modification Technology » pour diminuer l'amertume de son Sunwin Stevia.

Sources

"La stevia commence à sortir du bois", LSA, 3 juin 2010

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?