Les français et l’automobile en 2010 : Résultats de l'étude IFOP

22/06/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L'IFOP a publié au début du mois de juin 2010 une étude qui fait référence à la perception et aux critères d'achat de l'automobile en France. Cette étude, intitulée « Les Français et l'automobile », commanditée par le site de ventes de véhicules AramisAuto.com, a été menée auprès de 1001 français de tous âges (+ de 18ans) et de catégories socio-professionnelles diverses.

Nous avons retenus quelques résultats qui donnent une indication de l'évolution du comportement des acheteurs :

 - 71% des sondés considèrent que l'automobile est un objet qui se banalise et ne fait plus rêver. Ainsi 47% des interrogés perçoivent la voiture comme un simple moyen de transport ou de commodité.

 - Pour ce qui est du choix de la marque du véhicule, 49% de nos concitoyens se disent attachés aux marques françaises, principalement par patriotisme économique (dans 41% des cas). Ce pourcentage tombe à 40% pour les moins de 35 ans. Les personnes qui ne se revendiquent pas proches des marques nationales évoquent dans 56% des cas le motif d'un rapport qualité/prix inférieur et pour 31% des cas une fiabilité moindre que les marques étrangères.

 - Les critères d'achats principaux d'une automobile neuve restent liés à des considérations de coût :

  • 1er critère : le prix (76%) 
  • 2ème critère : la consommation du véhicule (63%) 
La sécurité et le confort viennent en 3ème et 4ème position. Le respect environnemental n'est que le 6ème critère d'achat mentionné (à hauteur de 31%, loin derrière le prix et le coût d'utilisation). Ce critère "vert" tombe d'ailleurs à 17% lorsqu'il s'agit de l'achat d'un véhicule d'occasion, en 13ème position. A la question, « qu'est-ce que la voiture pour vous ? », la réponse « un facteur de pollution » ne revient que dans 2% des cas. L'achat de véhicules à plus faible émission commeon pouvait le penser reste soumis à des critères de prix.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.