Distribution : Reprise de pouvoir en période de turbulence.

16/06/2010 (modifié le 16 juin 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La baisse des volumes en 2009 incite les distributeurs à rationaliser leurs rayons. En effet, la crise économique pousse à l'approche comptable : moins de références et donc une offre plus claire pour les consommateurs.

En 2009, l'enseigne Casino a supprimé 1 000 références de ses hypermarchés Géant. Ces mêmes chiffres pourraient être atteints pour l'année 2010. L'enseigne Carrefour souhaite également faciliter l'acte d'achat des consommateurs en retirant 15 % de ses références et en ajoutant 5 % d'unités de besoin.

Grâce à cette baisse de volume, les MDD gagnent du terrain au détriment des marques nationales et des PME. Les marques nationales font face à un recul net de leurs références (-1.5 % en hypers et -2.7 % en supermarchés) mais peuvent néanmoins préserver leurs références phares. Quant aux PME, elles sont contraintes à la différenciation.

Ce bouleversement entraîne un risque pour les industriels, mais également pour les enseignes. Les Français, habitués à un large choix, pourraient ne pas être séduits par cette rationalisation à l'instar des consommateurs américains de Wal-Mart. Ce dernier, suite à une simplification de son assortiment, a été sujet à une baisse de fréquentation et de vente.

Décryptage : Cette rationalisation des gammes est une manière pour les distributeurs de reprendre le pouvoir dans une conjoncture peu favorable. Si les grands noms sont à l'abri, ce n'est pas le cas des challengers et des PME. Ces dernières peuvent se repositionner sur l'originalité, sur des segments de niche ou encore sur le haut de gamme tout en prenant soin de répondre à une unité de besoin.

Face à un environnement incertain, les enseignes adoptent aujourd'hui différentes approches afin de séduire les consommateurs. Alors que certaines réduisent leurs gammes, d'autres maintiennent des gammes profondes comme Leclerc et Auchan. Quelque soit leur choix, il devra impérativement être centré sur la réponse à une unité de besoin non couverte ou à la création d'une nouvelle UB.

Sources

"Assortiment : la fin du toujours plus", Points de vente, mai 2010.

Auteur Sandra LE BOTLAN, CCI RENNES BBRETAGNE

A lire également

Concours Givaudan : "Quand le végétal nous régale !"

Le 22/03/2018

Jeudi 15 mars se tenait la 13 ème édition du concours Givaudan en partenariat avec la licence professionnelle DRACI. "Quand le végétal nous régale" était le thème choisi par Givaudan illustrant par la même occasion les réflexions du groupe quant à la végétalisation de l'assiette et leur programme "Plant'Attitude".

Centrale d'Achat des Artisans Alimentaires de l'Ouest

C3AO : Une Centrale d'Achat des Artisans Alimentaires de l'Ouest

Le 22/03/2018

Dédiée aux professionnels de l’artisanat alimentaire, cette centrale d’achat a pour mission de négocier régionalement les achats des artisans bretons (épicerie, crèmerie, surgelés, emballage, énergie,…), avec un objectif de 10 à 20% d’économies.

Les nouveaux outils promotionnels : au lieu d'offrir du prix, offrons des solutions…

Le 08/02/2018

Les enseignes utilisent souvent le levier de la promotion ponctuelle pour se démarquer de leurs concurrents, avec des remises faisant parfois grand bruit… En anticipation du projet de loi limitant les promotions sur les produits alimentaires, certaines marques avaient déjà imaginé de nouvelles façons de présenter les promotions.