Distribution : Reprise de pouvoir en période de turbulence.

16/06/2010 (modifié le 16 juin 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La baisse des volumes en 2009 incite les distributeurs à rationaliser leurs rayons. En effet, la crise économique pousse à l'approche comptable : moins de références et donc une offre plus claire pour les consommateurs.

En 2009, l'enseigne Casino a supprimé 1 000 références de ses hypermarchés Géant. Ces mêmes chiffres pourraient être atteints pour l'année 2010. L'enseigne Carrefour souhaite également faciliter l'acte d'achat des consommateurs en retirant 15 % de ses références et en ajoutant 5 % d'unités de besoin.

Grâce à cette baisse de volume, les MDD gagnent du terrain au détriment des marques nationales et des PME. Les marques nationales font face à un recul net de leurs références (-1.5 % en hypers et -2.7 % en supermarchés) mais peuvent néanmoins préserver leurs références phares. Quant aux PME, elles sont contraintes à la différenciation.

Ce bouleversement entraîne un risque pour les industriels, mais également pour les enseignes. Les Français, habitués à un large choix, pourraient ne pas être séduits par cette rationalisation à l'instar des consommateurs américains de Wal-Mart. Ce dernier, suite à une simplification de son assortiment, a été sujet à une baisse de fréquentation et de vente.

Décryptage : Cette rationalisation des gammes est une manière pour les distributeurs de reprendre le pouvoir dans une conjoncture peu favorable. Si les grands noms sont à l'abri, ce n'est pas le cas des challengers et des PME. Ces dernières peuvent se repositionner sur l'originalité, sur des segments de niche ou encore sur le haut de gamme tout en prenant soin de répondre à une unité de besoin.

Face à un environnement incertain, les enseignes adoptent aujourd'hui différentes approches afin de séduire les consommateurs. Alors que certaines réduisent leurs gammes, d'autres maintiennent des gammes profondes comme Leclerc et Auchan. Quelque soit leur choix, il devra impérativement être centré sur la réponse à une unité de besoin non couverte ou à la création d'une nouvelle UB.

Sources

"Assortiment : la fin du toujours plus", Points de vente, mai 2010.

Auteur Sandra LE BOTLAN, CCI RENNES BBRETAGNE

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.