Pourquoi Renault a choisi Bajaj pour concurrencer la Nano ?

16/06/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

En 2008, Renault a signé un contrat de partenariat avec l'indien Bajaj en vue de la production d'une voiture « ultra low cost » à destination de l'Inde mais également d'autres pays émergents. Rajiv Bajaj, direc­teur gé­né­ral de l'entreprise du même nom, a récemment donné des précisions sur cette future voiture. Celle-ci sera commercialisée à partir de 2012 pour un prix de 2500 $ (112 000 roupies, moins chère que la Nano de Tata Motors vendue entre 2700 et 3800 $) et un niveau d'émissions CO2 compris entre 80 et 90 g/km, ce qui est également moins que la Tata.

Le choix de Renault pour Bajaj peut surprendre en première approche mais est révélateur de la stratégie du groupe. Bajaj n'est pas un fabricant de voiture mais de motos et de 3 roues. Il fabrique en effet les rickshaws très utilisés en Inde comme taxis et véhicules utilitaires. Bajaj est le 2ème producteur de 2 roues en Inde. Il vient de commercialiser un rickshaw équipé d'un moteur 2 temps à injection directe, une première en Inde, mais n'a jusqu'à présent jamais construit de véritable automobile. C'est probablement ce qui intéresse le plus Renault dans cette coopération. A travers ce partenariait, 2 lectures de la stratégie de Renault peuvent être proposées:

 

La conception d'un véhicule dédié au marché indien centré sur les très petits véhicules

70% du marché indien est en effet concentré sur des petites voitures de moins de 4 mètres de long et d'une cylindrée inférieure à  1,2 litre. La fiscalité locale favorise ces petits véhicules en soumettant les berlines de « norme européenne » à une taxe dissuasive de 20 % contre 8 % pour les petits modèles.

Renault avait fait le choix d'une alliance avec Mahindra Mahindra pour fabriquer et vendre la Logan déjà vendue en Europe en Inde. Le groupe Français s'est désengagé en avril 2010 de la société commune créée avec Mahindra Mahindra, au profit donc d'une alliance avec Bajaj et d'un nouveau projet de développement. Renault a ainsi fait le choix de concevoir un véhicule spécifique au marché indien qui ne sera pas une simple adaptation d'un produit existant conçu pour le marché Européen. Il sera dès lors plus simple de capter des parts de ce marché dont la demande est très différente du marché Européen .

 

Une certaine approche de la conception de véhicules low cost

L'expérience de Logan a montré la capacité des équipes de Dacia en Roumanie à développer un véhicule low cost en rupture avec les conceptions habituelles du Technocentre de Renault. A l'origine destiné aux pays en développement, Logan s'est révélée répondre à une demande des pays développés, en particulier en France où cette voiture est devenue un succès commercial et financier pour le groupe.

A propos du développement d'un véhicule « ultra low cost », Carlos Ghosn déclarait déjà en 2007 que " l'environnement en Inde serait très favorable à une définition de produit très frugale, à une ingénierie très frugale et à une fabrication très frugale". A la création de la JV avec Bajaj, le patron de Renault confirmait que le savoir faire de conception et de fabrication de 2 roues low cost peut être plus utile que celui de conception de véhicule standard type berline pour fabriquer un petite voiture low cost à destination du marché indien. 70 à 80 % des composants seront les mêmes que ceux utilisés par les scooters et les 3 roues fabriqués par Bajaj. Cela donne un cadre contraignant pour la conception et permettra des économies d'échelle.

 

Alors que l'Europe se dirige sous pression économique vers des voitures plus petites, l'Inde, en pleine croissance économique voit son parc évoluer du 2 roues aux 3 roues puis à la voiture. Les économies se croisent et les développements pour ces pays pourraient trouver des prolongements en Europe en recherche de produits peu chers, à l'instar de la Logan Roumaine. A travers ce partenariat, Renault montre sa volonté de s'adapter à cette évolution structurelle du marché.

 

 

 

A lire également

[INFOGRAPHIE] Marché automobile mondial 2016 : un marché US bientôt relégué par la Chine et l'Europe ?

Le 12/05/2017

Retrouvez l'infographie complète du marché de l'automobile mondial 2016

Voiture connectée : ZOOM sur Intel et le rachat de Mobileye

Le 17/03/2017

La voiture connectée ou voiture semi-autonome est le fruit de la collaboration des équipementiers, des compagnies de cartographie, du constructeur. Qui a ou aura le pouvoir ? Qui sera l'acteur central de ce marché ? Regardons l'impact du rachat de Mobileye par Intel dans l'environnement de la voiture connectée.

Voiture connectée : qui gagnera la bataille ? Cartographie ? ADAS ? Constructeurs ? - ZOOM sur Mobileye & HERE

Le 10/03/2017

La voiture connectée ou voiture semi-autonome est le fruit de la collaboration des équipementiers, des compagnies de cartographie, du constructeur. Qui a ou aura le pouvoir ? Qui sera l'acteur central de ce marché ? Regardons les liens tissés par Here, pour la cartographie, et Mobileye, pour la capture de l'environnement du véhicule.