La Chine impose ses exigences en matière de véhicules verts

09/06/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le 27 mai 2010, le gouvernement chinois a communiqué les grandes lignes des exigences règlementaires des futurs véhicules électriques et hybrides qui circuleront sur son sol.

Ainsi, les véhicules hybrides devront pouvoir rouler en mode électrique seul sur plus de 70 km pour une vitesse moyenne de 60 km/h. Cette exigence concerne les voitures pour particuliers. Les bus devront quant à eux rouler sur plus de 50km pour une vitesse moyenne de 40km/h.


Les véhicules électriques ne devront pas dépasser les 80km/h mais auront l'obligation d'avoir une autonomie minimale de 100km.

Les batteries auront une autonomie minimale de 100km pour une consommation électrique du véhicule de moins de 0,16kwh/km et leur temps de recharge sera inférieur à 7h.

Enfin, le climat étant de part et d'autres du pays, très différent, il sera nécessaire que les véhicules puissent circuler à des températures comprises entre -20°C et 55°C.

Ces critères vont donc imposer aux constructeurs souhaitant vendre des véhicules verts en Chine des développements technologiques propres à ce pays.

Et cela n'est sans doute pas anodin. En imposant de telles exigences, cela montre que la Chine souhaite devenir une terre d'expérimentation du véhicule vert. En faisant cela, elle aidera certainement ses constructeurs à faire leur preuve et à percer les marchés étrangers, comme BYD qui veut attaquer l'Europe avec ses véhicules électriques dès 2011.

C'est d'ailleurs dans cette optique que le ministère des finances a accordé, pour cinq zones pilotes, un rabais pouvant aller jusqu'à 5800€ pour l'achat d'une automobile hybride rechargeable et 7200€ pour l'acquisition d'un véhicule tout électrique.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.