Véhicules électriques : vers une normalisation des systèmes de recharge

26/05/2010 (modifié le 26 mai 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le Parlement Européen vient d'adopter une résolution dans laquelle il confirme vouloir mettre en place d'ici 2011 une norme européenne permettant une interopérabilité et la sécurité des infrastructures pour les véhicules électriques rechargeables.

Le Parlement propose donc à la Commission européenne et aux Etats membres à créer les conditions nécessaires à la mise en place d'un marché unique des véhicules électriques et les incite alors à initier la création d'une norme mondiale.

Les députés appellent en ce sens "à une action commune de standardisation - internationale si possible ou pour le moins européenne - des infrastructures et des technologies de rechargement, de soutien à la recherche et à l'innovation sur l'amélioration des batteries, d'amélioration des réseaux électriques grâce à la mise en place de réseaux intelligents et d'incitations coordonnées en vue d'assurer la compétitivité et l'efficacité énergétique de l'industrie des véhicules propres".

En réponse, la Commission et les États membres devraient créer les conditions nécessaires à l'existence d'un marché unique de véhicules électriques. L'objectif étant d'éviter des systèmes non intéropérables et de normes incompatibles suivant les pays où elles sont émises.

Enfin, les députés demandent à la Commission de présenter un calcul global des émissions totales de CO2 des véhicules électriques, ce qui sous-entend un calcul du puits à la roue du véhicule. Par ailleurs, les députés ont souhaité signaler que ce travail de normalisation ne doit pas freiner l'innovation dans les domaines de la mobilité électrique et des moteurs thermiques.

Dans l'esprit des ministres européens, la normalisation est une condition préalable à l'acceptation des véhicules électriques par les consommateurs et dans un deuxième temps au développement d'un marché de masse.

 

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.